De Prague à Laeken

Article publié le 23 février 2002
Publié par la communauté
Article publié le 23 février 2002

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Après le sommet européen de Laeken : à l'est, rien de nouveau, mais des confirmations...

Cela fait deux semaines qu'a eu lieu le sommet du Conseil européen à Laeken. L'un des principaux résultats de cet évènement a été l'adoption de la déclaration sur l'avenir de l'Union européenne. Allons regarder ce sommet et ledit texte sous la perspective de la République tchèque, pays candidat à l'entrée dans l'Union.

En cherchant des références concrètes par rapport à la problématique de l'élargissement dans les communiqués issues de Laeken, nous ne trouvons que l'affirmation des échéances définies à Nice. Selon celles-ci, il y a dix pays (Chypre, Estonie, Hongrie, Lituanie, Lettonie, Malte, Pologne, Slovaquie, République Tchèque et Slovénie) qui, à la fin de l'année 2002 pourraient être prêts à clore les négociations et pourraient devenir membres de l'Union avant les élections de 2004 au Parlement européen.

Concrètement, cela veut dire que la présidence espagnole aura les trois dossiers les plus complexes de tout le processus à résoudre : le budget, la politique régionale, et l'agriculture. Vue l'importance de la phase finale des négociations, les conclusions modestes auxquelles a abouti le sommet quant à l'élargissement pourront paraître décevantes. Pourtant, il faut prendre conscience de plusieurs choses et reconsidérer une telle conclusion.

Des résultats prometteurs pour les pays candidats

Premièrement, le seul fait que le Conseil européen ait affirmé l'irréversibilité du processus d'élargissement et de son agenda - définis pour la dernière fois à Göteborg - est crucial. Ainsi, le projet entier a obtenu à nouveau le soutien politique des représentants des Quinze d'aujourd'hui.

Deuxièmement, au vu des défis qui se sont dressés devant l'Union européenne à la fin de la présidence belge (attentats du 11 septembre, opérations militaires américaines en Afghanistan, aggravation de la situation au Proche Orient), on pouvait s'attendre à ce que le dernier sommet de l'année 2001 porte sur cette actualité et sur des thèmes étroitement liés comme la redéfinition de la PESC et de la PAC et qu'il prêterait donc moins attention à un thème tel que l´elargissement.

Troisièmement, le processus d'élargissement suit déjà sa propre dynamique et il est donc positif que divers bouleversements politiques ou économiques n'aient pas d'influence sur son déroulement. Les négociations ont lieu selon un scénario écrit dans la plus part de cas par des experts.

Quatrièmement, les questions énumérées en détail par le sommet de Laeken et confiées à la Convention touchent pour l'essentiel des problèmes actuels de l'UE et l'on peut affirmer que leur dénominateur commun est le projet de l'élargissement. Les mécanismes et les principes de l'Union à quinze ne seront plus applicables dans une Union à vingt membres ou plus. En outre, tous les pays candidats seront chacun représentés dans la Convention par deux députés et un représentant du gouvernement. C'est ce que commentait à cet égard Pavel Telicka, haut négociateur de la République tchèque auprès des Communautés européennes, dans un interview à la BBC : " Nous devrions nous comporter comme un membre à venir et déjà aujourd´hui penser à quelle Union nous voulons, quel rôle nous voulons y jouer, et qu'est ce qui est important pour nous ".

Au vu des quatre arguments énoncés plus haut, du point de vue des pays candidats, nous ne pouvons qu'accueillir favorablement les résultats du sommet clôturant la présidence belge. Espérons que la raison pour laquelle les déclarations finales n'ont pas été radicalement novatrices se trouvent dans le fait que l'élargissement est déjà irrévocable et irréversible. Même si personne ne saurait prévoir l'état des choses dans l'Union Européenne de 2005, il semble que Laeken a réaffirmé la volonté de faire ce pas dans l'inconnu car nous ne pouvons plus rester sur place.