De mal en pis

Article publié le 16 août 2006
Article publié le 16 août 2006

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

En Allemagne comme en France, un malheur vient rarement seul (« ein Unglück kommt selten allein »). L’affirmation est également valable pour les pays anglophones, où bien souvent il ne pleut pas mais il pleut à verse «it’s not raining, it pours». Les choses sont synonymes d’aggravation lorsque l’on dit outre-Rhin que les problèmes passent littéralement, «de la pluie au chéneau» («kommen vom Regen in die Traufe»), une sorte de gouttière d’évacuation. Lorsque les choses vont de mal en pis, les Français, toujours très littéraires, préfèrent en référer à la mythologie plutôt qu’à la technique : l’expression «tomber de Charybde en Scylla» rappelle les obstacles affrontés par Ulysse dans l’Odyssée, personnifiés par les monstres marins Charybde et Scylla ! Et si pour les Français, le mot «malheur» signifie à la fois calamité et adversité, en Allemagne il ne désigne que la malchance ou la poisse. Question de point de vue...