Dans la presse européenne : un signe tchèque en faveur du traité de Lisbonne

Article publié le 27 novembre 2008
Article publié le 27 novembre 2008

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Le conseil constitutionnel tchèque a donné son feu vert au traité européen de Lisbonne : il ne viole pas la souveraineté tchèque et ne va pas à l'encontre de la constitution du pays. La question est maintenant de savoir si le président Václav Klaus va signer le document officiel.

Právo - République tchèque

(©eurotopics)Le quotidien de gauche Právo, sous la plume de  Petr Uhl, est loin de considérer que la question du traité européen en République tchèque est close : « Le président va y réagir avec entêtement en retardant sa signature. La constitution tchèque n'indique pas clairement si sa signature est nécessaire dans ce cas. Certains experts constitutionnels l'affirment, d'autres le contestent. Ca va devenir encore plus drôle. La déclaration selon laquelle il ne signera que lorsque l'Irlande aura revu son « Non », suscite des craintes. Il ne faut pas s'attendre à un nouveau référendum irlandais avant le mois d'octobre de l'année prochaine. »

(27.11.2008)

Sme - Slovaquie

(Vaclav Klaus/Wikipedia)Dans le quotidien progressiste Sme, le président Václav Klaus a été applaudi pour son intervention devant le conseil constitutionnel : « Klaus n'a pas dissimulé sa déception devant le jugement, mais il peut être satisfait du fait que le conseil se soit exprimé sur la question du traité de Lisbonne qu'il a qualifiée de lourde de conséquences. Son plus grand mérite est d'avoir pu déclencher un débat public sur le traité de Lisbonne. Les prises de position sur des questions importantes sont vitales. En ce sens, le rôle de Klaus est unique. (…) D'un autre côté, la République tchèque n'est pas en mesure de refuser le traité, même si celui-ci comporte son lot d'erreurs. Il n'y a pas d'alternative géopolitique pour les pays de notre région. »

(27.11.2008)

Die Welt - Allemagne

L'Europe pourrait tout aussi bien continuer à fonctionner sans traité européen, estime le quotidien conservateur Die Welt : « Le « Oui » des juges constitutionnels tchèques au traité de Lisbonne est une victoire d'étape importante pour le nouveau traité - rien de plus. Les opposants peuvent continuer à porter plainte contre le traité dans son ensemble car les juges de Brno n'ont examiné que quelques points litigieux. ... Ce traité n'a jamais suscité l'adhésion des Européens : c'est un froid conglomérat que beaucoup considèrent comme le petit chien de l'élite pro-européenne. Le traité ne se débarrassera jamais de ce défaut – si tant est que le traité aboutisse un jour. Et dans le cas contraire ? L'Europe continuera simplement son chemin. La pratique montre que l'on peut obtenir de bons résultats avec les règles actuelles. Il peut y avoir davantage de coopération même sans le nouveau traité de l'UE. Il faut que les hauts cris sur l'avenir de l'Europe cessent. »

(27.11.2008)