Dans certains secteurs, les banlieues françaises ont (vraiment) la côte

Article publié le 6 avril 2017
Publié par la communauté
Article publié le 6 avril 2017

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Souvent injustement décriées, les banlieues françaises regorgent de richesses, de talent et d'individus qualifiés et prêts à s'intégrer dans des secteurs ambitieux et porteurs d'avenir.

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:"Cambria Math"; panose-1:2 4 5 3 5 4 6 3 2 4; mso-font-charset:1; mso-generic-font-family:roman; mso-font-format:other; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:0 0 0 0 0 0;} @font-face {font-family:Calibri; panose-1:2 15 5 2 2 2 4 3 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:swiss; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-520092929 1073786111 9 0 415 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-unhide:no; mso-style-qformat:yes; mso-style-parent:""; margin-top:0cm; margin-right:0cm; margin-bottom:10.0pt; margin-left:0cm; line-height:115%; mso-pagination:widow-orphan; font-size:11.0pt; font-family:"Calibri","sans-serif"; mso-ascii-font-family:Calibri; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family:Calibri; mso-fareast-theme-font:minor-latin; mso-hansi-font-family:Calibri; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-theme-font:minor-bidi; mso-fareast-language:EN-US;} .MsoChpDefault {mso-style-type:export-only; mso-default-props:yes; mso-ascii-font-family:Calibri; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family:Calibri; mso-fareast-theme-font:minor-latin; mso-hansi-font-family:Calibri; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-theme-font:minor-bidi; mso-fareast-language:EN-US;} .MsoPapDefault {mso-style-type:export-only; margin-bottom:10.0pt; line-height:115%;} @page Section1 {size:612.0pt 792.0pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;} div.Section1 {page:Section1;} -->

Autoentrepreunariat, aide à la personne, nouvelles technologies sont autant de secteurs intéressants pour la jeunesse des quartiers Qu’ils soient diplômés ou non, de plus en plus de jeunes choisissent d’entreprendre et de devenir maitre de leur destin. D’autres préfèrent s’insérer sur des secteurs qui recrutent, des nouvelles technologies aux services à la personne.

                Aidés par des figures tutélaires élevées en banlieues, certains jeunes diplômés s’investissent massivement au sein de leur quartier, de leurs anciens collèges et lycées, pour sensibiliser leurs cadets aux bienfaits des études et au goût de la réussite individuelle. L’enjeu est de taille, « fabriquer de la réussite en banlieue » est un objectif majeur que se sont donné l’ensemble des candidats aux différentes élections nationales et locales depuis plusieurs dizaines d’années en France. Par des systèmes de parrainage, certaines associations offrent aux élèves désireux de s’en sortir des suivis individuels et du soutien scolaire, renforçant les synergies entre les générations.

                En effet, les élèves diplômés ont la côté dans certaines grandes entreprises, notamment les nouvelles technologies ou l’informatique, qui souhaitent capitaliser sur les efforts réalisés durant la jeunesse et en faire des facteurs de réussite. Un article de l’Express, daté du 12 octobre 2015, évoque ainsi des gamins devenus des pros de la fibre optique. D’autres ont fait de même dans l’informatique, les médias ou la musique. Les offres d’emploi sont aussi nombreuses dans les fédérations de service à la personne, qui offrent aux jeunes qualifiés des potentialités de carrière intéressantes aux services des plus fragiles.

                Pour d’autres, l’entrepreneuriat est la solution. Du taxiphone au cybercafé, des implantations locales se multiplient sous l’impulsion de jeunes qui choisissent de s’engager pour leur quartier. D’autres les quittent pour investir dans les centres-villes, à travers des startups fondées sur des services à haute valeur ajoutée.

                Bref, les réussites ne manquent pas et doivent redonner espoir à une jeunesse trop souvent désœuvrée et en manque de perspective.