Crise : la Grèce de plus en plus engluée dans le labyrinthe économique

Article publié le 16 juin 2011
Article publié le 16 juin 2011
Contraint au changement, le Premier ministre grec, Giorgos Panpandreou procédera ce jeudi à un remaniement ministériel. Face à des protestations incessantes, le socialiste aura la lourde tâche de maintenir le pays à flot. Même si la presse le considère comme l’homme de la situation.

Financial Times Deutschland, Allemagne: Tout le monde doit participer à l'austérité

Le fait que le Premier ministre grec Papandreou engage sa confiance et ne démissionne pas est une bonne chose, estime le journal économique libéral Financial Times Deutschland : « On ne peut pas rendre Papandreou directement responsable des erreurs du passé, car son parti n'est au pouvoir que depuis octobre 2009. Depuis le début de la crise de la dette, le social-démocrate a fait tout ce que les Européens et le Fonds monétaire international (FMI) ont demandé de lui - manifestement trop pour son peuple. … Sur le plan des compétences, personne ne semble avoir de meilleurs atouts pour tirer la Grèce du marasme. Mais pour être appliqué sur le plan politique, son programme a manifestement besoin de tout le monde. L'opposition aussi doit participer à l'austérité. Ce ne serait que justice. »

(Article publié le 16.06.2011)

Tiroler Tageszeitung, Autriche : L’Europe doit payer, encore un peu

Pour sauver la Grèce, les pays de l'UE ainsi que les créanciers privées doivent autoriser une remise de dette et mettre eux-mêmes la main à la poche, estime le quotidien libéral-conservateur Tiroler Tageszeitung : « Il est suffisamment douloureux que le chaos politique menace de succéder désormais au chaos financier. Mais quel que soit le gouvernement qui sera aux commandes dans les prochains mois, sous la pression importante de l'étranger et malgré les protestations de masse dans le pays, il lui faudra tenter de sauver ce qui peut l'être : en menant de nouveaux programmes d'austérité impitoyables qui grèveront malheureusement davantage la conjoncture boiteuse et donc les recettes fiscales, et en vendant les bijoux de famille. Un cercle vicieux que la Grèce ne pourra briser seule. Il ne reste pas d'autre choix aux pays de l'UE que de débloquer de nouveaux milliards pour Athènes pour empêcher une onde de choc sur les marchés financiers internationaux. … Et ce n'est pas toujours au secteur public de payer, mais aussi aux créanciers privés, c'est-à-dire les banques et les assurances en premier lieu. »

(Article publié le 16.06.2011)

Avgi, Grèce : L’indignation fait du bien

Tandis que le Premier ministre Giorgos Papandreou se bat au Parlement pour pouvoir gouverner, des dizaines de milliers de personnes ont de nouveau protesté mercredi dans les rues contre le programme d'austérité. Ce mouvement de protestation fait du bien à la Grèce, estime le quotidien de gauche Avgi : « C'est une avancée dans le sens d'une nouvelle unité populaire, nécessaire à notre lutte vitale pour préserver l'État-providence, garantir la démocratie, empêcher la vente de notre pays et rejeter la tutelle de nos créanciers. … Ce n'est pas seulement la crise économique et le cauchemar du chômage qui attisent la colère des citoyens, mais aussi le mauvais système bipartite que nous connaissons depuis le retour de la démocratie [en 1974, après la fin de la dictature militaire]. Celui-ci est en train de s'effondrer. … Nous sommes à la veille de grands changements. »

(Article publié le 16.06.2011)

L'UE retarde inutilement la faillite de la Grèce, estime le quotidien conservateur : « Nous pourrons longtemps nous rappeler le sort des Grecs comme l'exemple d'une aide qui accorde de l'argent de telle sorte qu'elle étouffe et épuise la victime. … Il semble que la moindre option, même celle de l'aide financière, mène à une faillite certaine. … On joue manifestement la montre en Occident avec l'objectif de prolonger l'agonie de la Grèce. Jusqu'à ce qu'Athènes soit au final chassée du paradis, c'est-à-dire qu'on la prive de la monnaie unique. Peut-être que les Grecs s'en sortirent même mieux ainsi. »

Magyar Nemzet, Hongrie : L’UE pousse la Grèce à l’agonie

Magyar Nemzet

(Article publié le 16.06.2011)

28 pays - 300 médias - 1 revue de presse. La revue de presse euro|topics présente les thèmes qui animent l'Europe et reflète sa pluralité d'opinions, d'idées et d'humeurs.

Photo : Une (cc) Manu Alcántara/Flickr; video: Euronews/Youtube