Cour de Justice de l'Union Européenne : une décision anti-solidaire pour les migrants de l'Europe ?

Article publié le 21 novembre 2014
Article publié le 21 novembre 2014

Des citoyens de l'UE qui émigrent dans un autre pays sans intention d'y travailler peuvent être exclus des prestations sociales locales. C'est ce qu'a décidé la Cour de justice européenne à Luxembourg mardi. Une décision intelligente, qui refroidit les débats sur le "tourisme social", vantent quelques commentateurs.

SZ : La décision sur l'allocation de solidarité "Hartz IV" montre les limites de la solidarité ; Allemagne

La décision de principe de la Cour de justice de l'Union européenne est juste et va apaiser la situation dans les villes avec beaucoup d'immigrés, pense le journal libéral de gauche Süddeutsche Zeitung : "La cour de justice de l'Union Européenne a tranché sur un cas extrême : une jeune Roumaine qui est partie en Allemagne, qui n'a jamais travaillé et n'a jamais fait d'efforts pour trouver du travail, mais qui a ensuite sollicité - en vain - l'allocation de solidarité. Ce n'est pas un cas typique des immigrés de l'UE, c'est un cas isolé flagrant. Mais c'est un cas à partir duquel on décide quand la solidarité européenne doit encore être effective. Les juges de l'UE ont désormais tranché : l'Allemagne ne doit dans ce cas pas accorder son aide. Ils ont pris la bonne décision. [...] L'Allemagne, mais aussi les citoyens de l'UE venus de l'Est, bénéficient ensemble de l'immigration. Le "ensemble" n'est cependant pas valable pour une liste de villes allemandes où l'incertitude jurique d'avant a renforcé les problèmes et échauffé l'atmosphère. La décision va contribuer à appaiser la situation." (12/11/2014)

Il Sole 24 Ore : Cameron reste otage des eurosceptiques ; Italie

La Cour de justice de l'Union européenne a instauré une immigration de la pauvreté à l'intérieur des frontières de l'UE. Le Premier ministre britannique David Cameron, en se rapprochant de l'Ukip, s'est rendu otage des eurosceptiques, pense le journal économique libéral Il Sole 24 Ore. "La décision d'hier de la Cour de justice de l'Union européenne soutient le gouvernement de Londres, mais le manque de repères politiques avec lequel les Torys (de Cameron) luttent depuis qu'ils se sont décidés pour le référendum sur l'entrée dans l'UE, est profond. C'est pourquoi le débat politique en Grande-Bretagne va tourner uniquement autour des relations avec Bruxelles jusqu'aux élections du mois de mai - toujours poussé par les résultats des sondages des Ukip (parti eurosceptique)." (12/11/2014)

The Times : Ne pas aller à la pêche aux votes avec un tourisme social ; Grande-Bretagne

Le "tourisme social" ne représente pas le moindre problème pour la Grande-Bretagne, pense le quotidien conservateur The Times et met en garde contre des débats populistes : "Le comité de conseil du gouvernement britannique pour les questions de migration a montré que des immigrés qui sont plus jeunes et en meilleure santé que les citoyens nés en Grande-Bretagne, paient 30 % de plus en impôts qu'ils ne demandent d'aides de l'État. [...] Mais l'opinion publique britannique ne croit pas à ces chiffres. Il est juste d'être dur en matière de conditions et d'exigeances pour les prestations sociales. Il est seulement difficile d'expliquer pourquoi quelqu'un qui n'a jamais travaillé dans ce pays devrait être soutenu par le contribuable. A côté des dures contre-mesures  juridiques, les politiciens doivent garantir qu'ils ne doivent pas aggraver le problème en le rendant plus important qu'il ne l'est. (11/11/2014)

Der Standard : l'UE devrait ouvrir le marché du travail aux demandeurs d'asile ; Autriche

Comme conséquence à la décision de la Cour de justice de l'Union européenne, l'UE devrait, selon l'avis du journal libéral de gauche Der Standard, ouvrir son marché du travail aux exilés venant de l'extérieur de l'Europe : "Car la migration du travail à l'intérieur de l'UE est fondamentalement positive. Comme de nombreuses études le montrent, elle augmente la croissance et crée ainsi plus d'emplois. Elle donne à chacun de meilleures chances et soude l'Europe. Et les immigrés qui travaillent seront mieux acceptés par les autochtones. Il serait ainsi souhaitable que l'esprit de la décision de la Cour de justice de l'UE soit intégré à la politique européenne pour les réfugiés . Si les demandeurs d'asile avaient accès au marché du travail, ils en bénéficieraient autant que le reste de la population. Car les flots de réfugiés vers l'Europe ne s'arrêtent pas. Cependant, le désoeuvrement chez les immigrés ne devrait être ni forcé ni revendiqué." (12/11/2014)

28 pays - 300 médias - 1 revue de presse. La revue de presse euro|topics présente les thèmes qui animent l'Europe et reflète ses diverses opinions, idées et ambiances.