Couleur Café 2016 : une édition incroyable malgré un temps capricieux

Article publié le 5 juillet 2016
Article publié le 5 juillet 2016

L’édition 2016 de Couleur Café s’est ouverte vendredi 1er juillet sous un temps bien capricieux. Loin de décourager les festivaliers qui s’étaient bien préparés et munis de leurs plus belles bottes de pluie et ponchos imperméables. 

Cette année, le festival moins de festivaliers que les dernières années, environ 52 000 selon les premières estimations des organisateurs contre 63 000 l’année passée. Parmi les causes : le contexte post-attentats et les quarts de finale de l’Euro pour la Belgique, accompagné de pluies typiquement belges le premier jour. Cela n’a pourtant pas arrêté les festivaliers, pour la plupart bien équipés. Pour les moins prévoyants, ça aura été une belle douche en plein air.

Tous les ingrédients pour la réussite du parfait cocktail Couleur Café étaient réunis : son souk, la décoration, les restaurants qui ont fait voyager les festivaliers sur tous les continents, les fanfares, le Solidarity village… Tout était là !

Couleur Café affirme son identité urbaine

Installé depuis sa 4e édition sur le site Industriel de Tour & Taxis en plein Bruxelles, Couleur Café avait cette année fait le choix de n'utiliser que les espaces extérieurs du site. Pour sa 27e édition, et son succès grandissant, le festival a eu l’ambition de ne plus simplement être un festival de musiques du monde, mais bien de toutes les musiques urbaines.

Pour preuve, la performance du Niveau 4 sur la scène univers en début de soirée dimanche ; la crème de la crème du hip-hop dans une sélection 100% belge : Coely, Senamo & Seyte, Stikstof, JeanJass & Cabellero, Romeo Elvis, Woodie Smalls et Dvtch Norris qui ont enflammé la scène (autant au sens figuré qu’au sens littéral avec leurs fumigènes !).

Le premier jour, la foule a défié courageusement les grosses averses tombées sur la scène principale. Puis en fin de soirée Selah Sue a réconforté le public après l’élimination des Diables Rouges de l’Euro. Sur la scène du Dance Club, le public s'est déchaîné, au point d'en faire quelques frayeurs à la sécurité, face au show des deux jeunes surdoués made in Bruxelles Le Motel et Roméo Elvis, qui avaient invité leurs amis de L’Or du Commun sur scène. 

Et c’est sous un magnifique soleil que les festivaliers étaient venus profiter des derniers jours à Couleur Café avec de nombreux concerts raggae : Julian Marley, Morgan Heritage, De La Soul. Sans oublier Arno qui a su faire son show.

Dimanche le Holi Couleur a redonné bonne mine aux festivaliers à la fin de ce week-end. Et Jeremy Loops, le jeune sud-africain multi-instrumentaliste et prodige de la nu-folk présentait son show pour la première fois en festival en Belgique, suivi par Black Box Revelation, ou les Kassav’ qui ont su faire bouger la foule.

Certains vivent le festival bien différemment 

Mais pour vivre et grandir, Couleur Café, comme tous les festivals, fait appel à son armée de bénévoles qui forment l'ossature même du festival et de son déroulement. Et chaque année de nombreuses personnes se pressent pour bosser dans les bars, les restaurants, les échoppes, les déchetteries ou sur les scènes de Couleur Café. 

Il ne faut pas oublier que sans le bénévolat, beaucoup de nos festivals favoris ne pourraient exister. L’investissement de chacun de ses membres permet à des événements tels que Couleur Café, d’être de réelles manifestations humaines où chacun se met au service de l’autre dans un esprit de solidarité.

Cafébabel a rencontré 3 bénévoles qui ont donné de leur temps ce week-end et ont vu Couleur Café de sa construction à son démontage pour qu’ils nous racontent comment eux, l’ont vécu.

Jérémy, 24 ans, est bénévole à Couleur Café pour la cinquième fois. « Pour moi c’est l’ambiance du festival qui m’a attiré vers le bénévolat à Couleur Café. Les gens sont heureux ici le temps d’un week-end. » Mona, 24 ans, a vécu pour la première fois Couleur Café en tant que bénévole cette année. Elle nous explique « c’est magnifique, et c’est une expérience que je recommande à tous. C’est superbe à vivre, on s’amuse beaucoup pendant le temps d’un week-end. » Pour Géraldine, 22 ans : « On a le droit à 2 heures de pause chaque jour, ce qui nous laisse le temps d’aller voir certains artistes. Vendredi on a pu aller voir Magic System sur la scène principale, et ce soir Soprano, c’était super ! En plus en tant que bénévole on a le droit aux boissons et à la nourriture gratuite pendant le temps du festival. »

Rendez-vous dans un an pour Couleur Café 2017… peut-être sur un tout nouveau site ! En attendant, vous pouvez toujours vous remémorer vos meilleurs souvenirs de Couleur Café avec notre playlist de l'édition 2016.

___

Cet article a été écrit dans le cadre d'un partenariat média avec le Festival Couleur Café.