contre la #précaritédelemploi

Article publié le 16 janvier 2013
Article publié le 16 janvier 2013
Des centaines de journalistes et de professionnels des medias sont descendus hier dans les rues de Séville pour faire une #promenadeinformative et pour débattre avec les citoyens dans le but de faire ce qu’ils font le mieux: informer et communiquer. Cette fois, enfin, nous avons-nous-mêmes été l’objet du débat ; je conjuguerai donc cette chronique à la première personne du pluriel.

Le dernière Novembre, des journalistes –actifs, chômeurs, professeurs, étudiants de la Faculté de Communication- ont quitté pour un moment les petits forums on/off line afin de se mettre en contact avec les citoyens ordinaires. Nous avons pu transmettre la réalité de la #précaritédelemploi subie dans le secteur des médias l’attittude des piétons qui faisaient le parcours qui lie Puerta Jerez avec la place de La Encarnación (Las Setas) étant magnifique à notre égard.

aps2.jpg Plusieurs centaines de professionnels du journalisme, y compris des professeurs et des étudiants de la Faculté de Communication, avons pu raconter notre propre histoire à peine expliquée par nous-mêmes sur nos plate-formes, à savoir les médias. Certes, le lecteur d’informations sur Internet peut déjà se faire une petite idée de la situation économique dans le secteur des médias, mais seulement sur des blogs indépendants, comme le Diario de Una Periodista en Paro (Journal d’une journaliste au chômage). Le secteur du journalisme, ainsi que le secteur immobilier, est un des domaines où la plupart des batailles ont été perdues au détriment, bien évidemment, de leurs plumes.

Depuis 2006, la chute a été terrible ; une perte de 40 % dans des géants tels que le quotidien El País, des dizaines de publications sur papier ou sur Internet on mis la clé à la porte et plus de 2 098 salariés ont du changer en Espagne leur statut pour devenir indépendants en 2011. Une épargne notable pour un secteur qui demande désormais des collaborations sans aucune responsabilité sociale, ni de couverture de frais ou de lien de continuité. Curieuse coïncidence : entre-temps, 6 000 journalistes ont été mis à la porte.

clara.jpg Munis de tee-shirts et d’autocollants aux slogans du type #jesuisjournaliste (#soyperiodista) et « Il n’y a pas de journalisme sans journalistes et il n’y a pas de démocratie sans journalisme », nous avons expliqué aux citoyens, étonnés, l’ampleur des réductions de salaire, des licenciements, des régressions des prix facturés par pièce par les freelance..., etc. Je peux assurer que l’agence EFE paie 7 euros la brève au niveau provincial, tandis qu’Unidad Editorial n’offre que 35 euros pour un reportage, une info ou une chronique au niveau national, entre autres abus. En conséquence, l’ensemble de l’équipe de Cafébabel Séville seconde et accueille le manifeste sollicitant le soutien des citoyens, le seul possible à présent.

Clara Fajardo représentant Cafébabel Séville dans l’exposé.

Manifeste

Les journalistes et le journalisme vivons actuellement le pire moment de notre histoire. En proportion, le journalisme est le métier qui compte le plus de chômeurs en Espagne. Tous les médias en Andalousie, sans exception, privés ou publics, ont mis en place des des procédures de licenciement collectif, des réductions de salaire, l’imposition de salaires vexatoires ou de contrats de travail aux conditions très désavantageuses pour l'employé. Nous connaissons des cas où l’on travaille gratuitement, voire on paye pour travailler. Des milliers de journalistes –experts, pour la plupart- ont perdu leur emploi et des milliers d’autres subissent des conditions extrêmement précaires.

Cette situation touche des professionnels de tous les secteurs du journalisme (la presse, la radio, la télévision, Internet, des entreprises ou des cabinets de communication, des maisons de production, des travailleurs indépendants, etc.), laissant choir les espoirs d’avenir de milliers de journalistes qui étudient aujourd’hui dans les Facultés de Communication. Certes, la publicité, les ventes et la diffusion ont diminué d’une façon très significative, mais il est également vrai que les entrepreneurs profitent la crise économique pour se libérer des professionnels dans un seul but : satisfaire le liberalisme le plus sauvage, sans tenir compte des critères professionnels.

De plus en plus, les médias sont entre les mains de groupes d'affaires qui n'ont rien à voir avec le journalisme. Seuls les soins sur les affaires, l'argent ou leurs idéologies les intéresse, non pas un projet journalistique. En outre, dans le cas des médias publics, certains gouvernements sont déterminés à les démanteler ou à les privatiser. Dans les médias, les critères journalistiques doivent prévaloir, au lieu des commerciaux et politiques. Le comportement intolérable de toutes les parties a entraîné une baisse alarmante de la qualité et de l'éthique dans l'information et le journalisme, ce qui nous conduit à une perte de crédibilité auprès du public qui, à juste titre, devient méfiant à l’égard du journalisme que nous pratiquons.

Traduction : Maribel García Lafuente