Construisons des ponts entre l'UE et L’Amérique latine

Article publié le 22 mars 2012
Article publié le 22 mars 2012
Par Alfonso de Cea Le monde entier, spécialement l'Europe, traverse une crise sans précédent. Pourquoi ne pas voir la situation comme une vraie opportunité de collaborer entre régions avant le sommet UE-ALC (Union européenne - Amérique latine et Caraïbes) à Santiago au Chili prévu pour janvier 2013? C’est peut-être le moment de déplacer l’axe économique...

La rencontre "Construyendo puentes", organisée par Aquieuropa à Bruxelles, s'appuie justement sur l'importance d’une collaboration entre l’UE et l’Amérique latine. Selon Jesús González Mateos, Directeur Général du groupe Prestomedia, « le vieux contenant devient vieux ». Dans ces moments là, le renforcement des relations entre régions est une question fondamentale. Le monde n'est plus bipolaire. Il faut accepter qu'il y ait justement d'autres acteurs, des économies émergentes et très puissantes comme la Chine.

La Chine devant l'UE comme partenaire principal

L’Asie, l’Amérique latine et les Caraïbes sont précisément les régions à la tête des données de croissance économique. Quelques études ont même démontré qu'en 2015 la Chine pourrait être substituée à l’UE comme partenaire principal de l’Amérique latine. Sandra Fuentes-Berain, Ambassadrice du Mexique déclare : « Dans la décennie des années 80, la situation était pareille dans les pays latino-américains. Il y a une vie après la crise, et c'est une opportunité. En fait, nous sommes tous dans le même bateau ».

Pourtant, l’ALC attire l'intérêt de plusieurs acteurs mondiaux grâce à la richesse de ses recours. Il est donc évident qu'il faut réviser les principes qui ont été fixés après le premier sommet de 1999 avec des instruments concrets de coopération économique. Le premier pas pourrait être la reconnaissance de la Communauté des États d'Amérique Latine et des Caraïbes (CELAC) comme interlocuteur comparable avec l'UE.

Santiago du Chili 2013 : une opportunité pour le futur de l’Europe

On pourrait dire que l'intégration régionale est la clé des relations institutionnelles. L’Amérique latine a maîtrisé beaucoup mieux que nous cette "crise mutante". Il faut ainsi passer à l'action pour parcourir correctement les ponts. Rodrigo Rivera, ambassadeur colombien : « L'Europe doit premièrement faire appel à l'humilité. Deuxièmement, faire appel aux affaires. On a une relation basée sur le passé. »