Consonno, le Pays des Jouets fantôme

Article publié le 25 juillet 2016
Article publié le 25 juillet 2016

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

À quelques kilomètres de Milan, dans la province de Lecco, se trouve une petite ville abandonnée du nom de Consonno. Achetée par un entrepreneur dans les années 60, elle sera transformée en un Pays des Jouets, un rêve ensuite brisé par un glissement de terrain. Désormais, il ne reste que des décombres, des graffitis et des souvenirs.

"A Consonno tout est merveilleux", voici ce que vous pouvez lire sur l’un des nombreux panneaux présents sur la route qui mène d’Olginate à la colline sur laquelle se dresse le village, dans la province de Lecco. Le revêtement n’est pas l’un des meilleurs pour une Opel Corsa arrivée de Milan, et habituée aux routes plates et plus calmes. Toutefois, après avoir dépassé un édifice de trois étages dégradé et envahi par les graffitis, nous comprenons que le merveilleux a presque disparu.

Après quelques légers virages qui mènent à la petite place du pays surgissent l’église de San Maurizio et une maison qui appartenait autrefois à la commune. Nous pénétrons dans la cour et rencontrons un homme d’âge moyen, qui chaque dimanche vient prendre soin de son potager et nourrir les chiens « là où tout est à l’abandon depuis plus de trente ans ». De nombreux habitants sont partis vivre dans la vallée lorsque l’entrepreneur Mario Bagno acheta le village en 1962 pour le métamorphoser en un « Pays des Jouets ». Et voilà comment un certain nombre de structures délabrées à l’architecture orientale, imaginées dans le but d’attirer des touristes de tout le nord de l’Italie, commencèrent à remplacer maisons et usines, qui jusque-là avaient accueilli de petits artisans et des agriculteurs.

Après quelques années d’activité et une grande popularité, la nature a mis fin au rêve de Consonno : en 1976, un éboulement bloqua l’accès au pays, montrant indubitablement le peu d’attention porté au risque secondaire de glissement de terrain lors de la construction du site. L’hôtel, les magasins et toutes les autres structures ont été simultanément abandonnés. Débuta alors une longue période de détérioration, que Bagno tenta d’enrayer en 1981 en construisant une maison de retraite. Celle-ci ne connut pas le succès espéré. Toutefois, le bar du pays reste encore ouvert, et accueille les skateurs qui participent à une compétition organisée par le collectif Sbanda Brianza. Nous allons à la rencontre d’Anna et Rosy (présente dans la vidéo, n.d.r.), qui nous racontent leurs souvenirs de la construction et de l’abandon du pays dans lequel elles sont nées et ont grandi.

En 2007, lors d’une rave party, tous les locaux et structures alors délaissés ont été détruits. Les anciens habitants se sont rassemblés au sein de l’association « Les Amis de Consonno » (« Amici di Consonno ») grâce à laquelle ils retrouvent leur snack, autrefois géré par la commune d’Olginate.

Un bar a également ouvert ses portes en 2012, devenant pendant quelques temps le lieu de rendez-vous dominical des touristes et anciens résidents. En dépit d’une récente (mais déjà abandonnée) proposition de requalification par Francesco Facchinetti pour bâtir une « cité des jeunes » qui pouvait intéresser les universités et attirer des financements, le territoire reste la propriété des descendants de Bagno. Et le futur du village demeure aujourd’hui plus qu’incertain.