Chroniques d'une Auvergnate au Québec

Article publié le 10 juin 2009
Article publié le 10 juin 2009
Les paysages québécois ont quelque chose de très romantique. Promenez-vous dans un bois au mois d’avril, vous verrez, il se dégage de ces lieux une ambiance particulière... Les paysages québécois ont quelque chose de très romantique. Promenez-vous dans un bois au mois d’avril, vous verrez, il se dégage de ces lieux une ambiance particulière.
Vous y trouverez à la fois de la mélancolie mais aussi de la beauté ; en voyant ces bois encore recouverts d’un épais manteau neigeux, en voyant ces ruisseaux et ces lacs encore saisis par les glaces, on ne peut s’empêcher de penser aux textes des Romantiques et aux peintures de la première moitié du XIXe siècle. Ces paysages auraient pu inspirer des artistes tels que Lamartine, Hugo, Corot, Courbet… La lumière et les couleurs y sont ternes pourtant il émane d’elles quelque chose d’insaisissable, de mystérieux.

A5 - Forêt Québec Les érables quant à eux ne mentent pas. Ils annoncent le temps des sucres. Approchez-vous d’eux… Alors qu’il gèle encore la nuit, l’eau d’érable, au matin et tout au long de la journée s’égoutte lentement le long du chalumeau (il s’agit d’un tuyau de fer qui est placé dans l’écorce de l’érable à environ 1.50 cm) avant de se fracasser au fond d’une chaudière (il s’agit d’un bidon). Boire de l’eau d’érable est une expérience gustative, vous avez l’impression de boire de l’eau, elle est fluide et limpide puis une fois la gorgée avalée un gout de verdure sucrée vous envahit le palais… On sent déjà le goût que l’on retrouve dans le sirop d’érable. Certes cette description est un peu biaisée. Aujourd’hui la plupart des érablières sont dotées de tuyaux bleus. Ces derniers sont disposés dans la forêt à 1.50 mètres du sol, ils sont branchés sur le chalumeau, ils récupèrent l’eau d’érable, puis l’achemine vers une cuve où le producteur acéricole la récupère avant de la faire bouillir pour la transformer en sirop d’érable, en tire d’érable ou encore en sucre d’érable ; pour tout ces produits transformés tout dépend du degré de cuisson et tout se passe à l’intérieur de la cabane à sucre.

A5 - Chalumeau érable Halala ! La cabane à sucre !! Quelle expérience ! Les québécois y vont une fois par an ; le mieux est de se dégoter une petite cabane ; certaines peuvent accueillir jusqu’à deux cents personnes, on perd en convivialité. Tout débute par une visite de la cabane de la distillation à la cuisson, on peut tout voir… Puis on passe à table. Mieux vaut être à jeun avant de « se sucrer le bec ». Les réjouissances débutent avec une multitude de plats qui s’abattent sur la table, des oreilles de crisse (ce sont des chips de lard), des pommes de terres, des œufs cuits au sirop d’érable, du jambon cuit au sirop d’érable, .… Puis pour la suite du repas, la fameuse tarte au sucre et au beurre, accompagnée d’un carré de sucre à la crème nous sont servis… Pour finir, et on ne peut pas passer à côté, nous dégustons une sucette de tire sur la neige ; la tire est un peu plus épaisse que le sirop d’érable, vous la déposez chaude et coulante sur de la neige, puis vous enroulez la tire qui a durci autour d’un bâton, c’est délicieux !

A5 - Tire érable Bref pour ce régime, mieux vaut ne pas être diabétique.

Au mois de mars il fait environ -15 °C en moyenne le matin, avec des variations de températures assez impressionnantes, on peut passer au +10 °C le lendemain, je vous laisse imaginer les conséquences sur les infrastructures routières, les routes sont toutes « maganées » au printemps, il y a de grandes opérations de lutte contre les nids-de-poule… Le temps des sucres annonce le printemps, une fois cette période terminée vous commencez à voir sortir les gens de chez eux et vous assistez lentement au réveil de la nature, les pelouses et les prés deviennent peu à peu verdoyants.

Marie-Laure Soulier

.................................................................................................................................

Photo présentation © httpwww.avenir.youvox.fr-Europe,0008-.html.