Chomage des jeunes : 6 miliards  et apres ?

Article publié le 28 juin 2013
Article publié le 28 juin 2013

En direct du sommet

5.6 millions de jeunes sont au chômage en Europe, un record , d’après les chiffres d’Eurostat en 2012, 55.2% des jeunes de moins de 25 ans au chômage en Espagne, 57.4% en Grèce, 38.4% au Portugal, 36.9% en Italie, la France reste au-dessus de la moyenne européenne avec 25.4 % des jeunes au chômage.

En réaction, le 24 mai dernier, Herman van Rompuy envoie une lettre à tous les chefs de gouvernement. Il les encourage à venir contribuer activement au sommet avec de nouvelles idées et plans pour l’emploi des jeunes en Europe.

Première idée, dans le cadre du Programme pour l’Emploi des Jeunes, mettre les 6 milliards du budget pluriannuel pour l’emploi des jeunes prévus à la base sur sept ans sur les deux premières années du cadre pluriannuel et prévoir une flexibilité financière pour les 5 prochaines années (allant jusqu’à 8 milliards au total). « L’idée est d’agir maintenant » déclare Martin Schultz durant sa conférence de presse, « et de faire en sorte que les jeunes qui quittent l’école aient une chance sur le marché de l’emploi et se voient proposer un emploi, un stage ou une formation ». Ce budget sera réparti dans les régions de l’Union européenne dont le taux de chômage des jeunes dépasse les 25%.

6 milliards et de l’oxygène !

La lutte contre le chômage des jeunes est une priorité de ce Conseil « Nous sommes réunis aujourd’hui pour lutter contre le chômage des jeunes, la problématique la plus importante pour nos sociétés » déclare Herman Van Rompuy dans son discours d’introduction. Pourtant, 6 milliards sur un budget de 900 milliards cela parait peu. Mais, les chefs d’Etats semblent vouloir s’attaquer aux causes du problème « Nous sommes aussi réunis pour trouver une solution à l’accès au financement des petites et moyennes entreprises, des start-up, nous avons besoin d’injecter de l’oxygène dans notre système» continue le président du Conseil.

Traiter le problème à la source

La crise de l’accès aux crédits des PME est une des causes principales de l’explosion du chômage et pour Herman van Rompuy, elle ne pourra être résolue que par l’Union bancaire « mais nous ne pouvons pas rester à attendre, alors nous nous sommes mis d’accord ce soir sur des plans d’investissement pour l’Europe, avec une priorité aux petites et moyennesentreprises ». Notamment, en demandant à la Banque Européenne d’Investissement (BEI) d’augmenter son activité de prêt en s’appuyant sur la recapitalisation de 10 milliards d’euros, et d’utiliser les nouvelles possibilités de prêts pour l’innovation, l’accès des PME aux financements, la transition énergétique, les infrastructures de transport et l’éducation et la santé.

« L’idée est de créer un effet de levier maximal par de nouveaux instruments, la banque européenne d’investissement pourra prêter 50 à 100 milliards d’euros aux PME en Europe de façon à favoriser l’emploi et l’activité » déclare François Hollande.