Cher David Cameron ou pourquoi nous courons à la catastrophe

Article publié le 7 octobre 2013
Article publié le 7 octobre 2013

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Le 2 octobre, David Cameron a fait son discours lors de la conférence annuelle du parti conservateur. Entre les critiques du parti travailliste et les messages d’autofélicitation, il a proposé des mesures inquiétantes que le parti conservateur, majoritaire au Parlement, voudrait promulguer. Le meilleur des mondes vu par David Cameron est bien sombre pour les jeunes de moins de 25 ans.

Cher Monsieur Cameron (ou puis-je vous appeler Dave ? J’ai vraiment l’impression que vous me connaissez),

Ce matin, j’ai eu le drôle de plaisir de lire le texte de votre discours à la conférence annuelle du parti conservateur. J’ai même pu regarder la vidéo dans laquelle vous exposez vos projets pour dépouiller ma génération, non seulement de son argent et de ses logements, mais aussi de sa fierté, sa dignité et son estime de soi. 

Je suis un peu mal à l'aise lorsque vous comparez les moins de 25 ans à des enfants rebelles qui doivent être maternés pour trouver un emploi ou des études. Vous ne donnez aucune image positive des millions de jeunes gens qui sont aux études, en stage ou ont un emploi. Vous ne manifestez aucune compréhension ni compassion pour ceux qui, pour de nombreuses raisons, ne sont ni en stage, ni aux études, ni au travail. Affirmer que les jeunes Britanniques sont au chômage parce qu’ils ont « choisi de vivre sur le chômage » est une notion complètement obtuse qui ne prend pas en considération la situation de beaucoup de jeunes. 

Je connais des diplômés qui passent des journées entières à postuler à des emplois. J’ai des amis qui avaient un travail stable depuis des années, mais qui ont été licenciés à cause de la crise économique ce qui a profondément affecté leur estime d’eux-mêmes. Je ne parviens pas à comprendre comment supprimer les allocations aux jeunes alors qu’ils cherchent opiniâtrement un emploi pourrait leur donner de vraies opportunités ou leur donner une chance. Vous voulez que tous les jeunes de moins de 25 ans soient aux études au gagnent leur vie alors que vos propres mesures d’augmenter les droits d’inscription ont empêché certains jeunes Anglais que je connais d’aller à l’université. Où sont les choix dont vous parlez si fièrement ? 

Je suis écossaise et lorsque se pose la question de l’indépendance de l’Écosse, je suis encore indécise. Une chose me frappe quand même : une nation qui ne vote pas conservateur pourrait choisir l’indépendance à cause de la peur – la peur d’un gouvernement qui ne manifeste ni de compassion ni de compréhension pour les gens hors de leur propre couche sociale, la peur des hommes politiques qui soutiennent constamment les riches et suppriment les allocations des membres les plus vulnérables de votre « grande société ». Votre opinion, Dave, semble être que les pauvres méritent d’être pauvres, les chômeurs ont choisi de ne pas avoir d’emploi et les jeunes de nos jours sont fainéants et amorphes. 

Si vous pouviez marcher un mile dans nos chaussures, Monsieur Cameron, vous pourriez avoir une petite idée de ce qui se passe, alors que vos pieds se couvrent d’ampoules et que votre estime de soi se désagrège petit à petit. Je ne peux pas parler au nom de tous les jeunes d’aujourd’hui parce que nous avons des expériences différentes, mais je connais tellement de personnes qui veulent travailler, gagner un salaire et avoir plus d’estime d'eux-mêmes qui le chômage détruit. Nous ne sommes pas difficiles et nous travaillerons dur, mais il faut qu’il y ait des emplois. Nous ne voulons pas votre patronage, mais nous apprécierons votre soutien.

Bien cordialemen