Changer Cafébabel : comment j'ai découvert la méthode Agile

Article publié le 23 mars 2018
Article publié le 23 mars 2018

Nous entamons une série de petits articles pour vous expliquer pourquoi Cafébabel est en train de changer et à quoi ressemblera votre magazine préféré dans le futur. Nouveaux plans, nouveaux visages, nouvelles sections et bien sûr, nouvelle ligne éditoriale. Rien que ça.

Tout a commencé un matin dans un bistrot parisien. Notre développeur de Scopyleft nous avait projeté au mur une courte présentation sur la méthode Agile, accompagnée de pains au chocolat et de jus d'orange pressé. Une manière idéale de nous faire digérer cette méthode de développement logiciel, sur laquelle se base le nouveau site de Cafébabel.

Le diaporama était plutôt sportif. Il était question de sprints, quelques rugbymen se battaient dans une mêlée ordonnée (on parle de scrum en anglais). C'est donc de cette mêlée agile que devait naître le nouveau Cafébabel. Un cauchemar pour moi, qui étais jusqu'à maintenant habituée à la gestion de projet classique, à savoir écrire un plan bien détaillé, fixer des délais à l'équipe et puis s'y tenir, quoi qu'il arrive.

Vous vous en doutiez sûrement, mais grâce à la méthode Agile on devient beaucoup plus agile. Il ne s'agit pas d'imposer des objectifs utopiques qui n'ont rien à voir avec la réalité du développement logiciel mais de se fixer des étapes que l'on appelle des sprints, comme on l'a déjà évoqué. Mon collègue graphiste Johan est désormais officiellement PO, Product Owner (responsable de projet), une sorte de tampon entre les désirs des éditeurs (je veux du scrollytelling, d'énormes photos, des citations et que le visage des rédacteurs apparaisse sous forme de gifs animés) et la réalité des développeurs (euh, non, ce n'est pas une priorité pour l'utilisateur). Au moins une fois par jour, le PO appelle sur Skype ce qu'on appelle les Dailys à Bordeaux, Barcelone, ou au cyber-café où se trouvent nos développeurs digital nomads.

Mais la méthode Agile peut aussi nous rendre complètement dingue, surtout lorsque la frontière s'estompe et qu'on ne sait plus distinguer ce qui fait partie de la méthode Agile de ce qui est de l'ordre de la vie privée d'un nomade digital. Tout à coup, @pntbr écrit sur Slack : « Je suis à l'aéroport de Lyon, on skype dans 15 minutes ? » Même la date de lancement du site internet final relève de la méthode Agile. Parfois, on ne sprinte pas tout à fait jusqu'à la ligne d'arrivée, mais c'est comme ça aussi dans le sport. C'est pourquoi on nous demande toujours d'avoir une capacité d'adaptation, et avant tout beaucoup d'humanité. Comme par exemple quand @pntbr passe nous voir à la rédaction environ une fois par semaine et offre à l'équipe des galettes, du Chaï Tea et du Kombucha.

En fait, on a tous attéri là d'une façon ou d'une autre : @katha a rejoint #preprod-cafebabel-com grâce à l'invitation de @pntbr, de même que 7 autres personnes, au milieu de la phase de test. Sur Github on s'échange désormais jusqu'aux dernières corrections. Et dans quelques semaines à peine, notre nouveau site internet sera enfin en ligne. Voilà, c'est ça, la méthode Agile.

---

Cafébabel change. Tenez-vous prêt.e.