Carte de la semaine : la tolérance envers les LGBT

Article publié le 25 mai 2016
Article publié le 25 mai 2016

Dans de nombreux pays, l’homosexualité reste une source de discrimination et de harcèlement. La plateforme virtuelle Rainbow Europe donne des informations à la fois juridiques, politiques et sociales sur la situation des personnes LGBT en Europe. Sommes-nous aussi tolérants que nous le pensons ? Verdict.

Même aujourd’hui, et bien que la société ait progressé à certains égards, les relations entre personnes de même sexe ou le sentiment d’être « pris au piège dans son propre corps », entraînent rejet, violence et haine dans bien des endroits. L’association ILGA Europe travaille à faire connaître la situation d’un groupe encore très stigmatisé et stéréotypé : les LGBT, soit les lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels. Avec l’outil Rainbow Europe, l’association présente un classement des pays des plus au moins tolérants envers cette communauté, en fonction d’un certain nombre de facteurs, comme notamment l’accès à l’emploi, l’acceptation par l’opinion publique, la participation à la vie politique ou la reconnaissance juridique du mariage. 

Cette étude classe 49 pays européens en fonction de leur « tolérance » et leur attribue un pourcentage. Le pourcentage zéro signifie que, dans ce pays, les droits brillent par leur absence, alors que 100 % représente le meilleur des résultats ou, ce qui revient au même, une société égalitaire dans laquelle tous les citoyens sont libres de vivre comme ils l’entendent. À ce jour, ce pays merveilleux n’existe pas. D’après ces renseignements, Malte est le plus respectueux, en tête de liste avec 87 % - ce pays a adopté la loi sur le mariage gay en 2014 -, suivi de près par la Belgique (81 %), le Royaume-Uni (81 %), le Danemark (70 %) et l’Espagne (70 %), bien que les agressions homophobes y aient augmenté ces derniers mois, comme le précise eldiario.es

À mi-chemin, on trouve notamment les pays des Balkans, de l’Europe centrale, l’Estonie (36 %), et la Suisse (33 %) qui est, paradoxalement, l’un des pays les plus développés au monde. Les plus mauvais élèves sont : l’Azerbaïdjan (5 %) - le nº1 en partant de la fin - la Russie (6 %), la Turquie (8 %) et Monaco (10 %), où le mariage homosexuel n’est pas autorisé par la loi, comme c’est le cas en Italie (19 %) ou en Pologne (18 %), qui ne reconnaît aucune sorte d’union civile. Bon dernier de l’Union européenne : la Lettonie (17 %) qui, en plus d’être très divisée sur la question, est le premier et unique pays post-soviétique à avoir accueilli l’Europrideen 2015.