Cap à l'est (1/2) : Mardin, ville muse

Article publié le 22 décembre 2015
Article publié le 22 décembre 2015

Entre pierres et terres, Mardin est une main tendue vers la Mésopotamie. Pour le premier épisode de notre série « Cap à l'Est », nous vous invitons à découvrir en photos cette ville historique du sud-est de la Turquie.

L'atmosphère de Mardin est si particulière qu'il est difficile d'en parler sans partir dans de longues envolée lyriques. Elle a d'ailleurs enfanté au moins deux grands poètes (Bülent Tekin et Murathan Mungan). Mais c'est une ville qui a aussi absorbé les passages, les conquêtes, les batailles et les re-passages depuis près d'un millénaire. L'histoire se fige dans ses murs, les humains s'en émerveillent sur ses toits : voilà pourquoi Mardin mérite ce titre de « ville muse ».

La ville, qui est en réalité faite d'une vieille-ville (celle sur la coline) et d'un quartier plus moderne (à son pied) compterait plus de 80 000 âmes. Durant trois froides journées de décembre, pourtant ensoleillées, nous n'avons pas croisé tant de vie dans les rues de Mardin. Suffisamment tout de même pour rencontrer ce peuple mosaïque : kurdes, turcs, arabes, syriaques qui évoluent entre mosquées et églises. Un peu boudée ces derniers temps, parce qu'au sud-est de la Turquie, en plein milieu d'une région kurde agitée et à 30 kilomètres de la Syrie, Mardin mérite d'être montrée. Voici donc une visiste éclair et en photos.

_

Rendez-vous la semaine prochaine pour le deuxième épisode de notre série « Cap à l'est : à la rencontre de la jeunesse kurde ».