Bucarest- Paris Café

Article publié le 21 novembre 2007
Publié par la communauté
Article publié le 21 novembre 2007
Aujourd’hui, le réseau local des rédactions de cafébabel  atteint le merveilleux chiffre de 26. Sur une carte d’Europe, ça donne plein de bouches sensuelles, aux quatre coins de notre vieux continent. Vraiment sexy cette Europe.  <!--[if !vml]--><!
--[endif]-->

Depuis peu, grâce à la nouvelle plateforme blog, les rédactions sont plus présentes que jamais, dans la vie du magazine : des publications à gogos, des galeries photos pour montrer ses prouesses et des commentaires pour échanger. Et tout cela dans autant de langues que possible. C’est beau non ?

Oui c’est beau, mais à Paris, on trouvait cela encore incomplet. Hé oui, le français est râleur et jamais content ! Car à quoi cela sert d’être 26, si on reste dans notre coin ? Il faut jouer collectif !

Il est vrai qu’une petite compétition entre blog est forte agréable, nous rappelant le principe de libre concurrence qui prévaut en Europe.

Mais n’oublions pas le libre échange !

C’est donc sur ce principe que vient d’être conclu entre la rédaction de Bucarest et Paris, le premier partenariat de contenu dans le réseau babélien.

Qu’est ce que cela veut dire au juste ?

Qu’une nouvelle section va voir le jour sur La Parisienne : Bucarest-Paris Café. Vous y trouverez des articles, provenant du blog de Bucarest, traduit dans les langues de la Parisienne. Et vice et versa pour la publication roumaine. Un lien existera aussi vers l’article original.

Quel est l’objectif de cet échange ?

Donner plus de lisibilité au contenu de nos articles, qui bien que traitant de l’actualité européenne de nos pays, peuvent intéresser d’autres européens.

Le lecteur est une proie difficile à capturer…il faut l’appâter.

Tenter aussi d’insuffler une vie, des échanges, entre les rédactions locales. Pour faire en sorte qu’on se parle un peu plus qu’une fois par an, lors de la traditionnelle AG International de Babel.

Pour les interrogations des français : pourquoi Bucarest ?

Car malgré l’idée qui prévaut en France, l’Europe ne se limite plus à la France et l’Allemagne. Nous sommes maintenant 27, et il serait bien de commencer à s’intéresser à nos amis de l’Est.

Et pour flatter un peu notre ego franchouillard, n’oublions pas que la Roumanie est un pays très francophile et qu’un quartier de Bucarest porte le nom de « Petit Paris ».

Pour le moment, il ne s’agit que d’échanger nos articles, mais qui peut prédire l’avenir ?

Jean-Sébastien Lefebvre