Bruxelles : pourvu que la mode excelle

Article publié le 29 octobre 2008
Publié par la communauté
Article publié le 29 octobre 2008
Compte-rendu écrit par Véronique Le Guen Samedi dernier, lors des « Parcours de stylistes » organisés par l’asbl Modo Bruxellae, Café Babel proposait une pause réflexive sur la place de la mode dans la capitale européenne, au café le Roi des Belges.
En présence de Sylvian Pasqua, chef de mission à la Direction Générale Culture et Education, Nour-Eddine Chafik, jeune styliste, Alfredo Corbalan, coordinateur à l’agence territoriale de la region Bruxelles-capitale et Reine Aubry, enterpreneur de mode, stylistes, commerçants, étudiants et observateurs ont ouvert des pistes dans une ambiance intimiste.

debate modeBXLUE

Nina Meert, Christian Wijnants, Gérald Watelet, Haider Ackermann, Marina Yee, … A suivre les parcours de stylistes de l’asbl Modo Bruxellae, le constat est sans concession : il existe bien un vivier de jeunes créateurs à Bruxelles. Pourtant la capitale européenne vit dans l’ombre d’Anvers en matière de mode.

Chaque ville doit trouver ses atouts explique Sylvian Pasqua, chef de mission à la Direction Générale Culture et Education. Et Bruxelles n’en manque pas. Ville cosmopolite, wallone, flamande et européenne à la fois, détruite et reconstruite inlassablement depuis les années 50, ville fantomatique même avec ses furtifs euro-visiteurs sans visage : la capitale de la Belgique brille par sa singularité. Avec sa population bigarrée, du costume-cravate de l’eurocrate au sarouel délavé de l’étudiante de l’ulb, toutes les modes sont à Bruxelles.

flyer fashion Le hiatus se trouve peut-être dans les difficultés que rencontrent les jeunes créateurs dans la ville. Lorsque Nour-Eddine a voulu lancé sa première collection, FMR, sur le concept d’exposition itinérante, il n’a pas rencontré d’oreille attentive en Belgique. Sans partenaires, le styliste s’est d’abord tourné vers les associations. Le problème avec les ONG, c’est qu’elles ne viennent pas suffisamment vers le créateur. C’est à lui de faire sa promotion, déplore-t-il.(…) Il manque aussi un "fashion point" où leurs informations pourraient être centralisées.

La mode : un nouveau défi pour l’Europe

Le jeune créateur s’est ensuite intéressé aux aides proposées par l’Europe. Au début l’Europe n’aide pas, a-t-il constaté. Pour obtenir une aide il faut montrer que l’on a les moyens. Ce n’est que lorsque Nour-Eddine eut acquis davantage d’expérience et de fonds que sa demande fut finalement acceptée. Mais je n’en avais plus besoin , ironise-t-il.

Un problème dont est bien conscient Sylvian Pasqua. On se pose la question de savoir si les instruments génériques d’aide aux PME en place en Europe sont bien adaptées aux PME créatives. Aujourd’hui les industries créatives ne disposent pas, en effet, d’outils financiers spécifiques au niveau de l’Union. Pour répondre aux besoins de la mode, cette industrie dôtée d'un supplément d’âme, les politiques doivent procéder à un mélange des genres inédit. Sylvian Pasqua reconnaît : Notre intérêt pour le côté plus industriel est très récent. L’idée d’un partenariat avec la DG Développement régional est aujourd'hui à l’étude.

L’Europe n’en est qu’au début d’une phase diagnostique du secteur. Selon le chargé de mission, les premières observations indiquent toutefois des tendances lourdes. Avec le basculement de l’économie créative vers un modèle online, des défis importants attendent l’Union. (...) Nous allons devoir améliorer la formation des stylistes en proposant dans les écoles un éventail de compétences plus varié : créatives mais aussi managériales, digitales et technologiques. En parallèle, la mise en place d'un service juridique supplémentaire semble s'imposer pour protéger les droits de propriété intellectuelle sur Internet, poursuit Sylvian Pasqua. Mais le temps de la politique a ses impératifs et L’essentiel est d’avoir une réflexion suffisamment aboutie, souligne-t-il.

Nour-Eddine n'a pas attendu l'aide de l'Europe. C'est en comptant sur les collectifs et son propre travail qu'il expose sa collection à Bruxelles. Chacun se débrouille, chacun travail à fond de son côté et c'est ça qui marche conclue-t-il.

Véronique Le Guen

liens :

collection FMR de Nour-Eddine : www.imazelab.com

Direction Générale Culture et Education : http://ec.europa.eu/dgs/education_culture/index_fr.html

__ Konformist, entreprise d'illustrations sur supports textiles et Internet, de Reine Aubry__ : http://www.konformist.net/