Bruxelles, équipe locale du mois d'avril

Article publié le 20 mai 2014
Article publié le 20 mai 2014

Le mois dernier, les élections aidant, l’équipe de Bruxelles s’est montrée d’une grande force de proposition. Loin de l’eurobubble, la dizaine de jeunes journalistes ont su régaler le lecteur aussi bien sur la Taxe Tobin qu’à grands coups de rumba puis est (presque) parvenu à recréer un mouvement indigné. Explications.   

Des professionnels de l'associatif, voilà comment on pourrait définir l'équipe de Bruxelles. Avec une présidente qui fait du journalisme people, une Godmother qui est toujours disponible et toujours de bon conseil, deux vice-présidentes « évènementiel » qui ne jurent que par un bon débat et enfin deux jeunes, beaux et dynamiques stagiaires qui font tourner l'énorme machine qu'est Cafébabel Bruxelles. Bref, une équipe éclectique et cosmopolite à votre service. En place depuis plus de deux mois à Bruxelles, Susanna et Arthur ont relancé l'activité de l'équipe locale, avec le recrutement d'une équipe de journalistes et de traducteurs volontaires, la mise en place d'une nouvelle section consacrée aux élections européennes, et la couverture de nombreux évènements à la fois associés à l'activité culturelle bruxelloise et à la pompeuse actualité européenne. Aujourd'hui, nous procédons sur la base de réunions éditoriales qui sont plus l'occasion de se rencontrer et de partager que de réellement débattre sur les problématiques éditoriales. Les volontaires ainsi que les membres de l'équipe locale animent donc la section bruxelloise du magazine par de nombreux articles et de nombreux évènements. Avec la couverture des sommets européens, des débats pour la présidence de la Commission européenne et les nombreuses interviews effectuées, cela fait maintenant quelque temps que la machine bruxelloise tourne à plein régime pour régaler ses nombreux lecteurs et participants. 

Une (presque) jolie petite histoire 

Pour le 1er avril 2014, notre équipe a rédigé un article poisson d'avril sur l'organisation d'une grève des stagiaires à Bruxelles. Dans un premier temps la blague a vraiment bien pris, un hashtag a été crée #occupyplux et de nombreuses personnes nous ont contactés pour savoir s'il s'agissait d'un canular ou non. Nous avons donc poussé la blague jusqu'au bout en expliquant que la grève allait vraiment avoir lieu. Cependant le lendemain, la Place du Luxembourg de Bruxelles demeurait vide. Quelques jours plus tard, lors de la traditionnelle soirée place Lux, comme l'on aime à l'appeler, plusieurs personnes étaient étonnées et ravies de rencontrer l'équipe qui avait lancée cette blague. Nous nous sommes rendu compte que l'ensemble des stagiaires de Bruxelles (vraiment beaucoup de monde) avait entendu parler de ce canular. Canular qui aurait pu, dans d'autres circonstances, se transformer en véritable action revendicative. Alors, c’est qui le journalisme citoyen hein ?

Consulter : le blog de l'équipe de Bruxelles