Brexit : qui a dit quoi jusqu'à maintenant ?

Article publié le 11 mai 2016
Article publié le 11 mai 2016

Alors que la campagne pour le referendum sur le maintien ou non du Royaume-Uni au sein de l'UE commence à se tendre, cafébabel fait le point sur les prises de positions de quelques personalités. Qui aspire à l'unité et qui réclame le Brexit ? Tour d'horizon de la campagne avant l'échéance historique de juin. 

David Cameron

Le PremiermMinistre, membre du Parti Conservateur, fait campagne pour le maintien de la Grande-Bretagne dans une Union européenne réformée. Son accord négocié avec l'UE inclut un « emergency brake » (mécnanisme européen qui permet à un État qui se sentirait lésé par un acte législatif de l'UE, de saisir le Conseil européen, ndt) pour geler les prestations liées à l'emploi pour les citoyens de l'UE jusqu'à une période de sept ans. Avec Cameron, il est clair que le Royaume-Uni ne sera pas impliqué dans de nouvelles démarches d'intégration européenne. Il a également fait savoir qu'il n'y aurait pas de second referendum sur la sortie ou non de l'Union européenne.

Boris Johnson

Le maire sortant de Londres, lui-aussi membre du Parti Conservateur, plaide pour une sortie de la Grande-Bretagne de l'UE. D'après Johnson, les risques d'une sortie sont « probablement exagérés »,  et ils n'empècheraient pas la Grande-Bretagne d'entretenir une relation forte avec l'Europe. Dans un langage qui lui est propre, Boris invite les votants à ne pas être intimidés par les « accros aux antidépresseurs  » (gloomadon poppers) et souhaite un accord de libre-échange avec l'Europe comme celui qui a été convenu avec le Canada

Jeremy Corbyn

Par son soutien au maintien de la Grande-Bretagne dans l'UE, le leader du Parti Travailliste est devenu un allié improbable du premier ministre. La remise en cause de son leadership au sein de son propre parti ne le place pourtant pas dans une position favorable. Dans un récent discours, il mettait néanmoins en garde les militants travaillistes quant à la possibilité d'un gouvernement post-Brexit façon Tory (philosophie politique anglaise dont ont hérité les partis conservateurs, ndt), « très certainement dirigé par Boris Johnson et soutenu par Nigel Farage », ce qui enverrait « nos droits sur le bûcher… et qui entraînerait les négociations vers les pires issues possibles ».

Nicola Sturgeon

La chef du Parti national écossais (SNP) soutient la campagne pour le maintien de la Grande-Bretagne dans l'UE – bien qu'elle pense que l'accord de Cameron n'était qu'un peu de spectacle politique. Ayant annoncé la nouvelle tentative du SNP de persuader les votants que l'indpendance de l'Écosse vis-à-vis de la Grande-Bretagne est nécessaire, elle espère sûrement que le scénario du Brexit se réalise et que les votes écossais soient en faveur du maintien de la Grande-Bretagne au sein de l'UE, auquel cas on pourrait s'attendre à un nouveau referendum sur l'indépendance écossaise.

Nigel Farage

Nigel Farage s'est montré plutôt discret ces derniers temps, depuis que sa campagne « Grassroots Out » a été éclipsé par celle de Johnson, « Vote Leave », considérée comme la compagne officielle pour la sortie de l'UE. En tant que chef du UKIP (le Parti pour l'indépendance du Royaume-Uni, ndt), son point de vue est clair. Il a récemment défini l'UE comme un « projet politique raté ». C'est d'ailleurs son parti eurosceptique qui a contribué à exacerber les discussions sur l'immigration, menant finalement au referendum. 

La Reine 

En mars, suite à la parution d'un article du journal The Sun qui prétendait qu'elle soutenait le Brexit, on a rappelé que la Reine était politiquement neutre sur la question du referendum. Cette affirmation était fondée sur des conversations de 2011 entre Nick Clegg, le vice-premier ministre de l'époque, et Sa Majesté. À Buckingham Palace, on a fait savoir qu'on ne commenterait pas ces fausses déclarations, et Nick Clegg a dit sur Twitter que cette histoire était un non-sens.

Mark Carney

Le gouverneur de la Banque d'Angleterre affirme qu'à court terme, la transition pourrait entraîner quelques problèmes en termes de stabilité financiaire et que plusieurs activités pourraient même disparaître de la City si le pays venait à voter pour la sortie de l'UE.  Selon lui, « il semblerait qu'un certain nombre d'institutions envisagent cette possibilité [le Brexit] », notamment « les sièges des institutions étrangères qui ont établi ici leur siège européen. Il y aurait donc un impact ».

Barack Obama

En arrivant à Londres, le président Obama a vivement conseillé les Britanniques, dans  une lettre publiée par The Telegraph, de « faire le point » sur les relations de la Grande-Bretagne avec l'UE, disant qu'en tant qu'ami de la Grande-Bretagne, les États-Unis considèrent le résultat du referendum comme « une affaire de la plus haute importance ». Peu après, dans son discours, le président américain est allé plus loin en indiquant qu'en cas de Brexit, le Royaume-Uni passerait « en queue de peloton » des pays avec qui les États-Unis commerceraient. En habile homme d'État, il a souligné dans son intervention que « les nations qui exercent le plus efficacement leur influence le font par des actions collectives, indispensables face aux défis du monde actuel ».

Les institutions britanniques

Dans The Daily Telegraph, l'actuel et l'ancien chef d'État-major de l'armée affirment que « l'Europe d'aujourd'hui doit faire face à une série de défis en matière de sécurité... et que la Grande-Bretagne devra y répondre quelle que soit l'issue du referendum » précisant qu' « au sein de l'UE, nous sommes plus forts ».

Quelque 200 chefs d'entreprise ont signé une lettre ouverte dans le magazine The Times soulignant que quitter l'UE « allait décourager les investissements, menacer les emplois et mettre l'économie en péril ».

Des scientifiques, parmi lesquels Stephen Hawkingont également contacté le magazine pour affirmer que les financements européens avaient amélioré le niveau de la science en Grande-Bretagne : « Si la Grande-Bretagne quitte l'UE et que cela entraîne l'arrêt de la liberté de circulation des scientifiques entre la Grande Bretagne et l'Europe, ce sera alors un désastre pour la science et les universités britanniques ». 

Et enfin... Emma Thompson, Sir Michael Caine et Eddie Izzard

Sir Michael Caine a mis les Britanniques en garde contre les « fonctionnaires sans visage » de l'UE, alors qu'Eddie Izzard – qui se déclare européenne et britannique et dont l'émission se déroule en anglais, en français et en allemand – arbore ses couleurs pro-européennes en enlaçant ses concitoyens européens.

Emma Thompson, l'actrice de Harry Potter, a décrit sans détour la Grande Bretagne comme  une « vieille île grise gorgée de misère » dans ce « tout petit coin à moitié dans l'Europe », après avoir manifesté son exaspération, disant qu'il « fallait démolir les frontières et non les élever » – et affirmant avec force qu'elle voterait aussi en faveur de l'UE. Fair enough.

__

Il nous a été officiellement interdit de citer les Clash, mais la question rappelle bel et bien cette fameuse chanson. Le 23 juin prochain, les citoyens britanniques se rendront aux urnes pour décider, ou pas, du maintien du Royaume-Uni dans l'UE. Huge. Tant et si bien qu’on a 2 ou 3 choses à dire sur le sujet... Retrouvez notre dossier très costaud sur la question du Brexit.