Brexit : du crépuscule jusqu'à l'aube

Article publié le 24 juin 2016
Article publié le 24 juin 2016

Bruxelles, 21 heures. Il reste moins de trois heures avant la fermeture des bureaux de vote après la journée de vote pour le référendum de l'UE, qui décidera du destin du Royaume-Uni. Cafébabel est allé explorer les endroits les plus britanniques de Bruxelles - à deux pas du siège de la Commission européenne - pour prendre la température le soir des résultats. Voici quelques aperçus.

Tout le monde connaît la question qui a été posée aux Britanniques le 23 juin. Et tant que nous y étions, nous avons posé la même question aux expatriés britanniques dans Bruxelles : le Royaume-Uni devrait-il rester membre de l'Union Européenne ou quitter l'Union Européenne ? Étant à Bruxelles, nous savions où nous rendre : la communauté d'expatriés était la plus susceptible d'être en faveur de l'Union Européenne. Et nous n'avons pas été déçus.

« Au moins la pluie est une chose que nous ne pouvons pas reprocher à l'UE »

Joachim (26 ans), Michael (36 ans), Leon (26 ans) se sont retrouvés autour d'une bière au pub avec un groupe entier pour un échange de points de vue sur le Brexit, avec les résultats dans quelques heures seulement. Etant donné qu'ils travaillent tous dans la bulle Européenne, il n'y avait aucun réel doute sur ce qu'ils auraient voté s'ils étaient Britanniques, évidemment : rester dans l'UE.

Bien qu'étant spécialiste européen en politique, Joachim aurait été « vraiment intéressé de savoir ce qu'il se produirait si le Royaume-Uni venait à quitter l'Union Européenne ». D'un point de vue juridique, commercial et économique. Cependant, pour Michael, les plus gros frais reviendront au Royaume-Uni. Selon lui la « Grande-Bretagne prendrait un chemin difficile » si cela devait se produire. Leon quant à lui souligne « les arguments géopolitiques et économiques discrédités » du côté de la campagne de Brexit.

Finalement, ils sont tous d'accord sur le fait que même si ce serait une grande perte pour l'UE, la perte serait encore plus grande pour le Royaume-Uni, étant donné la volonté politique de l'Ecosse de rester membre de l'UE et la situation complexe avec l'Irlande. Pour Michael, les classiques « récits de l'UE en tant que bouc émissaire » ont mené à un fervent débat très négatif. Et sous la pluie torrentielle belge, dans ce pub anglais, son espoir est toujours « que la campagne la plus forte ne gagnera pas. » Et alors que nous échappions à la tempête en retournant dans le bar, Joachim laissa cafébabel avec une dernière citation « au moins la pluie est une chose que nous ne pouvons pas reprocher à l'UE ». Message reçu Londres ?

« Je préférerais que le Royaume-Uni reste membre » indique Marc (pseudonyme, note du rédacteur), 54 ans. Marc travaille pour une entreprise d'événement privée à Bruxelles. « L' influence du Royaume-Uni en Europe garantit un équilibre positif entre l'Allemagne et la France ».

Tom (27 ans), un stagiaire britannique au Parlement Européen croit fermement en l'intégration européenne. Il a voté rester membre par procuration (une voix votée par le représentant d'une personne, note du rédacteur). Selon lui, cela risquerait un effet domino en cas de Brexit : d'autres pays "limitropes" pourraient suivre le même chemin.

« Le mieux est d'aller dormir tôt aujourd'hui et de mettre le réveil à 5h du matin »

David Haworth (75), journaliste à l'Irish Daily Mail pense regarder les prévisions météorologiques de BBC : « Même cette abondante pluie anglaise pourrait influencer le référendum. Nous ne savons vraiment pas les résultats ; il pourrait y avoir 300 personnes de plus de ce côté ou de l'autre. Les premiers résultats vont paraître seulement aux alentours de 5 heures demain. Donc je pense que le mieux est d'aller dormir tôt aujourd'hui et de mettre le réveil à 5 heures du matin. Il n'y a même pas de sondage sortie des urnes, le dernier référendum britannique remonte à longtemps. Et ce n'est pas la manière la plus judicieuse de décider de telles choses. Ils jouent sur les appels populistes et l'ignorance de la population. Ceux qui votent pour le Brexit n'ont aucune idée des conséquences. Et ils seront énormes, si le Brexit se produit. En réalité, le fait même du référendum secoue la moralité et l'autorité de l'UE. Mais si la Grande-Bretagne vote de quitter l'UE, cela créera un horrible précédent, avec d'autres qui suivront. » Matière à réflexion.

« Cette atmosphère a accumulé une chose qui mettra des années à disparaître » a commenté Thomas un expatrié britannique à Bruxelles. 23 heures. Le vote est clos pour le référendum historique pour savoir si le Royaume-Uni devrait rester membre ou quitter l'Union Européenne. Et le compte à rebours final commence maintenant.

5:45 heures du matin. Résultats de la plus longue et la plus pluvieuse nuit pour l'Europe : La Grande-Bretagne a voté la sortie.