Bratislava, le papillon et la chrysalide

Article publié le 29 août 2005
Article publié le 29 août 2005

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Le passé communiste de Bratislava, perceptible dans un système de transport archaïque, est rapidement relégué au second plan pour révéler une cité vibrante et accueillante.

Quid de l’opportunité d’étudier ou de travailler un an au cœur de la capitale slovaque ? Il y a des chances que vous ne connaissiez que très peu de choses sur Bratislava, voire sur ce petit pays d'Europe centrale.

Les temps changent

Il y a trois ans, je suis arrivée pour la première fois à Bratislava, en provenance directe de ma Californie. Dans cette métropole que je connaissais à peine, une chose m’a frappée : cette ville d'un demi millions d'habitants était en pleine métamorphose et de taille ! Quelque qu'ait été son passé, chaque échafaudage, chaque réaménagement routier ou chaque immeuble en construction crient dorénavant haut et fort la volonté de Bratislava de trouver sa place parmi les autres villes touristiques européennes. Au niveau esthétique certes, mais sur le plan politique aussi.

Comme beaucoup de monde, je savais que Bratislava était depuis 1993 la nouvelle capitale d’une ex-Tchékoslovaquie sous la tutelle de Moscou pendant près d'un demi-siècle. J’étais curieuse de voir à quel point ce passé communiste exerçait encore de l’influence sur cette ville. Dans l’étrange vieux centre, marqué par des rues sinueuses etune nuée de bâtiments de couleurs vives, peu d’indices flagrants nous rappellent cette époque… Jusqu’à ce que vous partiez flâner aux alentours du château après avoir traversé l'inhospitalière route à deux voies, construite à l’époque des Rouges. Une fois perchés en haut de la colline du château, le panorama offre l’image d’une cité Janus, à double face. La vieille ville et ses alentours pittoresques, accolée à un amas de HLM gris, abritant la majeure partie de la population de Bratislava.

Enthousiasmés par l’avenir

Bien qu’il n’y ait pas de nostalgie excessive pour les vieux jours communistes que la plupart des citoyens s’empressent d’oublier, beaucoup de personnes issues de cette génération vous glisseront dans un soupir que la vie n’était finalement pas si mal à cette époque. Les modifications économiques et politiques que la Slovaquie subit actuellement de plein fouet sont d’autant plus difficiles à digérer que la transition du régime communiste au système capitaliste s'est déroulée de manière fulgurante. Au fil de mon séjour à Bratislava, j’ai réalisé que l’enthousiasme pour le changement et la croissance se reflétait de plus en plus chez ses habitants.

Beaucoup de Slovaques m'ont confié leur désir d’enrichir leur cursus universitaire et leur expérience en partant voyager à l’étranger. L’objectif ? Apprendre une langue étrangère et prouver que les Slovaques sont non seulement tolérants mais impatients de mettre en place les conditions favorables à un business florissant dans le pays. La métamorphose de la métropole se poursuit parallèlement au sentiment que Bratislava trouve petit à petit sa place à côté des grandes capitales européennes. Un enthousiasme constructif qui fait de Bratislava une ville où il fait bon vivre.

CARNET PRATIQUE

Langue

Apprendre le slovaque est un défi ! Particulièrement si vous n’avez aucune connaissance préalable de la langue. Si vous vous sentez plus à l’aise en anglais, essayer « The Dubliner », le pub irlandais de la vielle ville.

Universités

Bratislava accueille l’Université Comenius, l’Université Slovaque Technique et l’Université des Sciences Economiques. Commenius offre les meilleurs cours de slovaque à l’Institut de Langues et de Préparation Académique pour les Etudiants Etrangers.

Un endroit original

Galéria Duna est un club situé dans ce qui fut un temps un abri souterrain de retombées nucléaires.

A faire

Flâner dans le centre historique de la ville et trouver un restaurant qui serve du « bryndzove halusky », le plat national de Slovaquie. Soit des boulettes bouillies d'agneau et de cochon complétées avec du fromage. Vraiment délicieux !

Ne pas faire

Régler en euros. Certains très grands magasins et restaurants acceptent les euros à Bratislava mais cela vous reviendra cher. Changez plutôt vos euros en couronnes slovaques à la banque.

LOGEMENT

Un studio ou un 1-pièce coûte entre 8000 et 10 000 couronnes Sk (200-260 euros) par mois. Offres sur le site www.reality.sk