Bonnet d’âne à Chypre

Article publié le 3 mai 2004
Publié par la communauté
Article publié le 3 mai 2004

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Vous voulez apprendre quelque chose de nouveau sur Chypre ? Pas besoin de réfléchir trop longtemps : ce qui représente Chypre à merveille, c’est l’âne !

Les ânes sont de petits chevaux, mais ce ne sont pas des poneys. Ils sont un peu plus grands. Bruns, ils ont de très longues oreilles, et ils ont l’air de tout le temps s’ennuyer ferme. Ils marchent de façon extrêmement lente et, quand ils décident qu’ils ne veulent pas avancer un pas de plus, ils peuvent rester à la même place pendant des heures. Ils sont adorables !

L’âne est une espèce protégée à Chypre – et quand je dis Chypre, je veux dire des deux côtés de la frontière qui divise l’île. Il a même été à l’origine d’une initiative bicommunautaire lancée par des personnes appartenant aux deux communautés (grecque et turque) de Chypre sous le nom d’ « Amis de l’Ane de Chypre » pour empêcher son extinction. Cette œuvre de charité, enregistrée au Royaume-Uni, protégeant le bien-être des animaux, a été fondée en 1994 pour soigner des ânes de tout âge qui sont malades ou qui ne sont plus en mesure de servir, et pour fournir des services de soin et d’assistance à ceux qui travaillent encore à Chypre.

La diplomatie de l’âne

L’âne a aussi suscité le débat politique à Chypre. Suite à des manifestations massives contre sa personne, Rauf Denktash, le dirigeant chypriote turc, a déclaré qu’il n’existait pas de Chypriotes à Chypre. Pour lui, il n’y avait que deux peuples, avec deux nationalités différentes : les Grecs et les Turcs. Le seul vrai Chypriote, a-t-il prétendu, c’est l’âne de Chypre. Quelques mois plus tard, pour protester contre la décision de Denktash d’instaurer un contrôle des passeports pour passer d’un côté de l’île à l’autre, des Chypriotes ont amené un âne au poste de contrôle avec un « passeport » autour du cou, demandant la permission de passer de l’autre côté. L’âne a été arrêté et relâché le jour suivant. Personne ne sait si des poursuites ont été engagées…

Chers lecteurs, vous venez d’apprendre quelque chose de nouveau sur Chypre. Deux jours seulement après le rejet des Chypriotes grecs du plan de réunification de l’île proposé par les Nations-Unies, je vais donc vous raconter une blague qui illustre parfaitement la logique de ce vote massif pour le non.

Un jour, Nasreddin Hodja, monta sur son âne de la mauvaise manière.

– Hodja, dirent les gens, tu es monté sur ton âne à l’envers !

– Non, répondit-il. Ce n’est pas moi qui suis à l’envers. C’est l’âne !

Amis, si nous ne montons pas l’âne dans le bon sens, j’ai bien peur que les ânes aussi traversent la frontière Schengen pour « aller voir de l’autre côté ».