BOLOGNE : Le système de credits

Article publié le 21 janvier 2008
Publié par la communauté
Article publié le 21 janvier 2008
La mise en œuvre de l’Espace européen d’enseignement supérieur (EEES) comprend l’implantation du crédit européen comme unité d’évaluation des études supérieures. Le Système européen de transfert et d’accumulation de crédits (ECTS) vient remplacer les 10 heures d’enseignement par crédit du système espagnol actuel par un temps de travail entre 25 et 30 heures à réaliser par l’étudiant.
Ce travail comprend les heures de cours théoriques ainsi que les travaux pratiques, les tutorats, les séminaires, le travail personnel quotidien, les travaux notés et les stages en entreprises qui font partie du programme d’études officiel.

L’ECTS, abréviation du terme anglais , a été créé en 1989, dans le cadre du programme Erasmus, et adopté en Espagne suite au . A l’origine, ce système facilitait la reconnaissance des périodes d’études réalisées à l’étranger mais aujourd’hui il est en train de devenir un système d’accumulation à niveau européen qui veut répondre aux objectifs de la déclaration de Bologne de 1999. Malgré le refus généralisé de la part des étudiants et de beaucoup de professeurs regroupés dans différents plateformes, le ministère de l’Education espagnol ainsi que les universités espagnoles travaillent lentement sur la mise en place, à partir de l’année prochaine (2008-2009), des demandes de l’EEES, car, comme l’indique la déclaration de Bologne, la date limite est fixée à 2010.

estudiantecodigobarra.jpgEuropean Credit Tranfer Systemdécret 1125/2003

Le concept des diplômes actuels disparaît pour laisser place aux Grades. Leur durée sera de 4 ans en Espagne et la plupart auront 60 crédits par année, soit autours de 40 heures de travail hebdomadaire, avec la présence obligatoire aux cours et aux tutorats. Ce système n’admet pas les étudiants qui doivent travailler et étudier en même temps. Le master deviendra officiel et aura une charge de 60 à 120 crédits européens, soit une ou deux années scolaires. Avec ces mesures, l’«université européenne » impose la discipline des horaires de travail, afin que les étudiants s’adaptent au travail en entreprise et apprennent à travailler sous pression.

Daniel Domínguez

Traduit par

Verónica de la Rosa