Bienvenue en Merkollande

Article publié le 7 mai 2012
Article publié le 7 mai 2012
François Hollande est le nouveau président français. Lors du deuxième tour des élections dimanche, le socialiste s'est imposé face au président sortant Nicolas Sarkozy. La victoire de Hollande va changer l'Europe, estiment les commentateurs, qui attendent beaucoup du nouveau chef d'État.

Süddeutsche Zeitung - Allemagne : Merkollande préférable à Merkozy 

La victoire électorale de Hollande est une grande opportunité car le cap européen du tandem franco-allemand repose désormais sur de larges fondements, estime le quotidien de centre-gauche Süddeutsche Zeitung : « "Merkollande" se différencie de "Merkozy" et recouvre l'Europe libéral-conservatrice et social-démocrate. En tant que grande coalition, elle peut faire en sorte que les objectifs franco-allemands soient acceptés par les autres peuples. Passer un accord avec Hollande permettra à la chancelière d'éviter de devenir une dirigeante isolée de l'UE. Merkel trouve en Hollande un partenaire avec qui relever le défi européen : l'assainissement des États et le développement d'un modèle social qui trouve sa stabilité dans le nouveau monde. S'ils y parviennent, l'histoire à succès de l'Europe se poursuivra. S'ils échouent, la peur, la frustration et la colère des citoyens portera un populiste nationaliste à l'Élysée en 2017. »

( Article publié le 07.05.2012)

Libération - France : Une France tournée vers l'avenir 

François Hollande offre l'opportunité à la France de se renouveler, écrit le quotidien de centre-gauche Libération : « La joie. La joie immense. Celle de voir une parenthèse se refermer, une malédiction se dissiper. François Mitterrand n'aura pas été une anomalie de l'histoire mais le premier président de gauche. Il y en a désormais un deuxième : François Hollande. Savourons ce moment où un peuple décide de faire un tel choix. Et de regarder l'avenir. Car telle est désormais la tâche qui attend François Hollande. Réparer le pays, bien sûr. Refaire la société, évidemment. Réduire les inégalités de destin entre les Français, quels qu'ils soient et d'où qu'ils viennent. Mais pour que tout cela advienne : dessiner, surtout, l'avenir. Montrer que la France n'est pas qu'un patrimoine, une histoire, une grandeur passée. Qu'elle peut aussi se projeter dans le futur et se réinventer. »

  ( Article publié le 07.05.2012)

Basler Zeitung - Suisse : Qui dit nouveau président, dit nouvelle politique de crise 

Avec le nouveau président français, un changement dans la politique de crise européenne est possible, écrit le quotidien conservateur Basler Zeitung : « Rien qu'avec sa campagne électorale et sa demande de pacte de croissance, il a bougé pas mal de choses au sein de l'UE … . Et il va le faire valoir pour continuer sur sa lancée. Le nouveau président français n'est pourtant pas moins patriotique que son prédécesseur. Hollande essaiera de donner à l'Europe un autre modèle de politique de crise. Sa forme de "socialisme" est une alternative au libéralisme économique dominant et promet de vives oppositions. Derrière la manière joviale et cordiale de Hollande se cache un homme qui sait exactement ce qu'il veut et quand le moment est venu de passer à l'acte. Il ne serait sinon jamais devenu président. »

( Article publié le 07.05.2012)

Corriere della Sera - Italie : Plus de social-démocratie pour l'Europe

En élisant François Hollande, la France s'est décidée pour le changement mais certainement pas contre l'Europe, apprécie le quotidien libéral-conservateur Corriere della Sera : « Cette élection est bien une réaction de défense mais seulement contre une Europe bien précise : l'Europe de l'inégalité et des victimes, l'Europe des mesures de rigueur sans croissance. Cette élection n'est pas une condamnation radicale de toute l'Europe, comme l'avancée du Front National de Marine Le Pen l'avait fait craindre. En choisissant un programme politique qui rassemble une société divisée, la peur a été surmontée. Européen convaincu et maître en diplomatie, Hollande a réussi avec son doigté à concilier la gauche et les pans d'un électorat modéré sans lesquels il n'aurait pu remporter ce scrutin. … La France de Hollande ne rêve plus d'un socialisme qui se limite à un seul pays, mais d'un peu plus de social-démocratie dans toute l'Europe. »

(Article publié le 07.05.2012)

Gazeta Wyborcza - Pologne : Un faible opposant fait gagner Hollande 

François Hollande ne doit pas sa victoire au programme socialiste mais aux faiblesses du président sortant, estime le quotidien libéral Gazeta Wyborcza : « C'est une grande victoire pour la gauche française, qui n'a eu qu'un seul président sous la Ve république. François Mitterrand a dirigé la France pendant 14 ans, jusqu'en 1995. Les défaites se sont ensuite succédées. Hollande vient de mettre fin à cette période de vaches maigres. Cela n'est pas dû à un ralliement de masse à son camp, mais au fait que Sarkozy a complètement déçu les espoirs des Français. … Pour la Pologne, l'élection de Hollande est une bonne chose. Varsovie a été l'une des rares capitales qu'il a visitées pendant sa campagne électorale. Et le président Komorowski est l'un des rares chefs d'État qui l'aient rencontré. Cela devrait laisser présager un climat approprié pour renforcer la collaboration entre la Pologne et la France au sein de l'UE. »

( Article publié le 07.05.2012) 

 28 pays - 300 médias - 1 revue de presse. La revue de presse euro|topics présente les thèmes qui animent l'Europe et reflète sa pluralité d'opinions, d'idées et d'humeurs.

 Photos : Une (cc)rsepulveda/flickr; Vidéos : François Hollande place de la Bastille (cc)Publis Sénat/YouTube; "Niggas in Paris" (cc)wonderfunny/YouTube