Berlin, l'équipe locale du mois

Article publié le 19 mars 2014
Article publié le 19 mars 2014

Après avoir consa­cré les in­di­vi­dua­li­tés, ca­fé­ba­bel ré­com­pense dé­sor­mais le col­lec­tif. Équipe type du mois de fé­vrier, Ber­lin a ac­com­pli un tra­vail de titan dans sa cou­ver­ture du fes­ti­val du film de Ber­lin. Voici leur dis­cours de remerciement, comme s'il re­ce­vait un Ours d'or. Mais sans re­mer­cier leurs pa­rents.

Ah, le fes­ti­val...

Se ba­la­der sur l’ave­nue de la Pots­da­mer Platz, le cœur ou­vert au film in­connu, l’ac­cré­di­ta­tion au cou, les yeux en­core mi-clos et se bat­tant pour s’ha­bi­tuer à la lu­mière du jour. Les at­ta­chés de presse qui nous disent : « Hein, à la fin, je sais pas si vous avez re­mar­qué, mais il y a de l’ac­tion » et les cri­tiques qui, s’ils ont eu la bonté de res­ter plus de 5 mi­nutes sans sor­tir bruyam­ment des rangs un por­table plus large que leur sac Ber­li­nale es­tam­pillé vin­tage 2001, s’écrient : « je n’écri­rai rien sur ce film, c’est une merde ».

Bref, pour les Ber­li­nois, et pour les jour­na­listes de ca­fe­ba­bel, fé­vrier rime tout sim­ple­ment avec Ber­li­nale. Sauf que ça ne finit pas en ier, mais ici, on fait de la prose. La ville bour­geonne de pu­bli­cité pour les sham­poings, les pa­pa­razzi chassent la star­lette, et les Ba­bé­liens que nous sommes sen­tons pal­pi­ter notre petit cœur de jour­na­liste d’in­ves­ti­ga­tion à la Günter Wall­raff. In­ar­rê­tables que nous sommes, nous cou­vrons l’en­tié­reté du globe ci­né­ma­to­gra­phique de ma­nière plus ex­haus­tive que CNN, nous dé­tec­tons les ta­lents de de­main avec plus d’acuité que L’école des fans et nous ana­ly­sons sans peur et sans re­proches les œuvres en com­pé­ti­tion avec plus de ra­pi­dité que Deep Blue.

À l’heure des bi­lans comp­tables, le constat donne le tour­nis : 58 films dans notre be­sace et une bonne quin­zaine d’ar­ticle du plus bel aca­bit dans les langues de Wim Wen­ders, Alain Re­snais et autres Ken Loach. Comme à la re­mise des Cé­sars, c’est la larme à l’œil et la main trem­blante sur le cla­vier que nous re­ce­vons cette ré­com­pense et que nous re­mer­cions toute l’équipe, sans qui tout ce tra­vail n’au­rait pas pu être ef­fec­tué. Et que - vraiment, non vraiment - on ne s'y attendait pas et qu'en plus tous les autres candidats ont tellement de talent. Mais qu’on se le dise, Ber­lin ne se re­po­sera ni sur ses lau­riers, ni sur sa palme : en mars s’est ou­vert notre ex­po­si­tion photo « Se­cond Home » sur les par­cours de jeunes mi­grants en Eu­rope. Alors nous sommes tout près à conti­nuer notre série de un titre consé­cu­tif de ré­dac­tion du mois !

Consul­ter : le blog of­fi­ciel ca­fé­ba­bel de l'équipe lo­cale de Ber­lin. 

Et hon­neur aux vain­cus !