Benoît XVI préserve les capotes

Article publié le 23 novembre 2010
Article publié le 23 novembre 2010
Dans un entretien, le pape Benoît XVI a autorisé le recours au préservatif dans certains cas, afin d'empêcher la contamination par le VIH. Les éditorialistes saluent cet assouplissement, mais doutent d'un véritable changement de cap de l'Eglise catholique.

Le Monde – France : « Il était temps ! »

Le pape Benoît XVI a fait un premier pas important et réaliste en autorisant le recours au préservatif dans certaines conditions, estime le quotidien de centre-gauche Le Monde : « Le pape admettra-t-il un jour sans restriction l'utilité du préservatif ? On en est loin, mais le premier pas qu'a fait Benoît XVI dans cette direction ne pouvait passer inaperçu. … Il le fait avec prudence, mais la réalité est là : la plus haute autorité de l'Eglise catholique ne nie plus que le préservatif est l'un des moyens de lutter contre le sida. Le pape n'encourage pas son usage. Il ne lui accorde pas les vertus que lui reconnaissent les spécialistes de la pandémie. Il affirme simplement, en termes contournés, que "dans certains cas … cela peut être un premier pas pour ouvrir la voie à une sexualité plus humaine". … Il était temps. A persister dans l'erreur, le Vatican fragilisait un peu plus son influence dans le monde. »

(Article publié le 22.11.2010)

The Independent - Royaume-Uni : Un bond en avant pour l’humanitaire catholique

Le vague assouplissement de l'interdiction du préservatif par le pape Benoît XVI donne espoir aux fidèles et aux humanitaires, estime le quotidien libéral The Independent : « Le fait que le pape élucide cette question sans dévier des principes de l'Eglise soulagera de nombreux catholiques occidentaux, troublés par ce qu'ils considéraient comme une position intransigeante de leur Eglise. Un espoir également pour les humanitaires catholiques, notamment en Afrique, où ceux-ci jouent un rôle déterminant dans le traitement des victimes du sida et la prise en charge des orphelins. Alors que l'Eglise a toujours préconisé la chasteté comme le meilleur moyen d'enrayer l'épidémie du VIH et que ce principe restera son idéal, les humanitaires pragmatiques savent qu'il faut commencer par les individus eux-mêmes - et certains d'entre eux n'écouteront pas ceux qui leur recommandent d'éviter les relations sexuelles à risque. C'est là où les préservatifs ont un rôle à jouer. »

Une manifestation contre les positions du pape sur le préservatif en septembre 2010

(Article publié le 23.11.2010)

Der Standard – Autriche : Le pape reste dans sa tour d’Ivoire

Les déclarations du pape Benoît XVI sur l'utilisation du préservatif ne signifient en aucun cas un virage sur la question, écrit le quotidien de centre-gauche Der Standard : « Si le pape désirait vraiment jouer un rôle politico-social important en tant que dirigeant de l'Eglise, il se serait penché sérieusement sur le contrôle des naissances. Le pape aurait alors agi de façon intelligente sur le plan politique : il aurait érigé l'Eglise comme une instance politiquement indépendante, dénuée d'intérêts matériels dans le traitement des questions politico-sociales. Mais les propos du pape sur le préservatif ne trahissent ni une telle substance, ni une telle clairvoyance. D'après certains membres de l'Eglise, il faut d'abord y voir un 'acte d'amour du prochain et de bonté'. Cela renforce l'impression que l'on avait déjà eue du pape dans le débat sur les abus sexuels : un individu qui, du haut de sa position, contemple au mieux avec clémence les pêcheurs terrestres. Et quand cela lui chante, il prodigue une once de pardon - parfois même aux pêchés de chair des hommes. Aucun changement en vue. » 

(Article publié le 22.11.2010)

El País – Espagne : Benoît XVI doit aller plus loin

Les déclarations du pape sur l'utilisation du préservatif ne dénotent pas l'adoption par l'Eglise catholique d'une nouvelle morale sexuelle, écrit le quotidien de centre-gauche El País : « La réaction immédiate du Vatican … visant à prévenir la libre interprétation des propos du pape semble confirmer que l'Eglise maintient son anachronisme sexuel et continue ainsi de rejeter le contrôle des naissances par des moyens de contraception artificiels. Afin que la hiérarchie ecclésiastique catholique ne tourne plus le dos aux problèmes de la société et n'agisse plus à l'encontre du bon sens, les déclarations de Benoît XVI sur l'utilisation du préservatif ne doivent pas seulement être évoquées dans le domaine privé, mais également érigées comme recommandations officielles de l'Eglise pour relever les défis actuels. » 

(Article publié le 22.11.2010)

28 pays - 300 médias - 1 revue de presse. La revue de presse euro|topics présente les thèmes qui animent l'Europe et reflète sa pluralité d'opinions, d'idées et d'humeurs.

Photos: I said no (cc)emptysound/flickr; Manifestation londonienne : (cc)ruSSeLL hiGGs/flickr