Ben laden, New york, les Twins, World Trade Center, taliban...

Article publié le 16 mars 2002
Publié par la communauté
Article publié le 16 mars 2002

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Ca aurait pu arriver près de chez vous...

Je ne pense pas qu’il soit nécessaire de préciser à quoi correspond la date du 11 septembre 2001, tout le monde le sait.

Il ne me vient à l’esprit qu’un seul acte de terrorisme ayant eu de plus graves répercussions et induit un plus grand nombre de victimes : l’assassinat de Ferdinand d’Este en 1914. Ce dernier acte de terrorisme, venant s’ajouter à diverses crises largement plus autonomes, conduisit à la Première Guerre mondiale au cours de laquelle des millions de personnes furent tuées. Gavrilo Prinzip n’imaginait certainement pas qu’il serait à l’origine d’un tel désastre. Qui peut savoir si les terroristes aux commandes de ces avions avaient seulement conscience des conséquences induites par leurs actes ?

Peut-on rire de tout...

Au cours des jours qui ont suivi l’attentat, j’ai été submergé - comme la plupart d’entre nous - de SMS et de courriers électroniques faisant référence à l’évènement. Ces textes et images témoignaient de la façon dont les gens réagissaient à un tel acte, du sérieux avec lequel ils le prenaient. Et il y a deux acceptions au mot « sérieux ». Par exemple, « Le jour d’après » , mon cousin m’a envoyé le SMS suivant : « Avis : vends locaux de bureaux dans le World Trade Center. PS : C’est une question de vie ou de mort ». Pour certains c’est drôle, pour d’autres non. Restent ceux qui n’ont pas d’opinion affirmée.

C’était le premier message du genre que j’aie jamais reçu ; les autres ont suivi très rapidement. Il s’agissait principalement d’images, assorties pour la plupart d’un commentaire « approprié ». Une autre « plaisanterie » consistait à entrer les deux lettres « NY » sous MS Word, à les agrandir au maximum et à les convertir au format de caractères Wingdings. Résultat : on voyait apparaître deux symboles : une tête de mort barrée de ses deux os pour le « N » (N), et l’étoile de David pour le « Y » (Y).

La première question qui vient à l’esprit est évidente : qui a inventé la police de caractères Wingdings ? Les autres questions se posent ensuite d’elles-mêmes, à savoir : y a t-il un endroit, un média que les terroristes n’aient pas déjà infiltré ? Ne se pourrait-il pas que Bill Gates en personne soit l’un d’entre eux ? Je ne cherche à convaincre personne de quoi que ce soit. Nous avons à notre portée des tas d’articles traitant des évènements sous différents angles.

L’anonymat comme couverture

Internet, les courriers électroniques et les SMS sont les moyens dont nous disposons à l’heure actuelle pour exprimer nos points de vue, en privé ou de manière plus officielle. Le point commun à tous ces moyens de communication est qu’ils permettent un total anonymat - comme celui dont jouissaient les terroristes avant de venir s’écraser contre les tours et le Pentagone.

Aujourd’hui encore ces messagers anonymes font preuve d’un grand empressement à inventer des histoires drôles, ce qui témoigne surtout de leur désir de devenir les auteurs de mythes populaires. Pour beaucoup, n’importe quelle information, peu importe sa gravité, peut devenir prétexte à montrer combien l’on est courageux, dynamique, amusant, cynique, anti-mondialisation, anti-américain, pro-démocratie, anti-Islam...

Les auteurs nous disent simplement : « Je ne suis pas d’accord. », ou : « Je suis d’accord. », quand ils ne sont pas plus ou moins neutres. Quoiqu’il en soit, chacun d’entre eux nous montre qu’il ou elle est au courant de ce qui s’est passé et a d’une certaine manière lui ou elle aussi été touché par les évènements. Ceux qui sont à l’origine de ces images et autres blagues montrent également leur incapacité à changer quoique ce soit et ce de quelque manière que ce soit. Réagir ainsi est le seul moyen qu’ils ont pour lutter contre leurs craintes. Et je pourrais même ajouter cette fois-ci quelque chose qui ne soit pas si anonyme que ça : « C’était pas plutôt Double Impact ( le film de J .C. Van Damme) ? »

Quelles réactions face au désastre ?

Que ceux qui pensent que j’essaie de propager ce genre d’opinion se rassurent : c’est faux. Le but de mon article, en observant les évènements à travers le prisme de nos sociétés, est de voir comment nous réagissons au désastre. Dans le contexte de ces évènements, nous prenons conscience de beaucoup de choses, mais l’anonymat fait que même nous, « sociétés libérales, démocratiques et pacifiques », comme nous aimons à nous appeler, pouvons ainsi nous montrer sous notre jour le plus sombre.

Je ne peux que citer ce vers d’une pièce de Shakespeare, qui traduit fort justement la réalité : « Il y a quelque chose de pourri dans le royaume du Danemark. » ( bien entendu, il ne s’agit pas ici que du Danemark, j’imagine que tout le monde l’aura compris...)

Observons maintenant les faits du point de vue d’un citoyen de la République Tchèque par exemple. J’habite Prague, dans la Ville Sud, un quartier constitué d’ensembles d’immeubles abritant près de 85 000 personnes et qui a été construit pendant la période communiste. En plein centre de cette partie de la ville, nous avons nous aussi nos « tours jumelles », ou assimilées. Je pense qu’aucun de mes voisins ne pourrait s’imaginer être un jour victime d’un attentat. L’ironie du sort veut pourtant que le siège du « Bureau des impôts » se trouve dans la Ville Sud. Le fait qu’une personne habitant cette partie de Prague ne veuille pas payer ses impôts, que le « Bureau des impôts » soit un bâtiment extrêmement laid, et qui plus est le symbole d’un Etat répressif justifierait-il le fait qu’il ou elle soutienne un attentat pour ces simples raisons ?Là encore on peut trouver cette idée farfelue, déplorable ou impensable, tout comme l’était l’idée que l’on puisse s’attaquer aux tours de Manhattan avant que cela ne se produise réellement.

Avez-vous des « Twins » semblables près de chez vous ? Si oui, imaginez-vous un instant qu’elles soient attaquées comme celles de New York ! !