Belgrade propose Hong-Kong

Article publié le 12 novembre 2007
Publié par la communauté
Article publié le 12 novembre 2007
Au cours du quatrième round des négociations directes entre Belgrade et Pristina dans la capitale autrichienne, Belgrade a proposé officiellement de prendre comme modèle Hong-Kong pour la définition du futur statut du Kosovo. Pristina a rejeté l’offre, rapporte le média serbe B92.com.

Le Premier ministre Vojislav Kostunica et le Président de la Serbie, Boris Tadic ont dit qu’Hong-Kong pourrait servir de modèle pour un compromis entre la partie albanaise et serbe. « C’est un cas où tout est régulé sur une base légale, cet exemple ne doit pas être copié, ce qui compte c’est que le message véhicule l’esprit du droit international » a dit V. Kostunica qui reste convaincu que c’est le chemin qui mène au compromis tout en restant en conformité avec la Charte  des Nations Unies et la constitution de la Serbie.

Pour Boris Tadic, dans Blic Online : « Aussi, aucune partie n’a la liberté de prendre des mesures unilatérales en ce qui concerne les questions constitutionnelles et de souveraineté. Avec un règlement pareil, les frontières internationales ne changent pas et restent protégées au travers de la collaboration avec la communauté internationale, tandis que le déploiement des forces de sécurité se limitent clairement au niveau local ce qui garantit l’ordre et la paix. »

Selon le quotidien albanais Zeri, le porte-parole de l’Unity Team, Sender Hyena a dit : » qu’il ne peut y avoir de pourparlers sur la souveraineté de la Serbie au Kosovo. Nous sommes pour une solution stable. La seule solution stable c’est l’indépendance du Kosovo. Ce ne peut être un exemple parce que les positions historiques d’Hong-Kong et du Kosovo diffèrent ». Le coordinateur de la délégation albanaise « l’Unity Team », Blerim Shala a déclaré dans une interview pour Voice of America que la dernière réunion à Vienne prouve plus que jamais qu’il n’existe aucune chance pour un règlement.

Hasim Tachi, le chef du parti démocrate du Kosovo (PDK) et membre de la délégation juge qu’il est impossible d’arriver à un compromis avec Belgrade sur le statut du Kosovo et rejette la proposition : « Et, même si on négociait encore cent ans avec les Serbes, on n’arrivera jamais à un quelconque compromis. Belgrade espère que le Kosovo restera une partie de la Serbie. Notre position ne change pas. C’est notre droit et notre volonté que le Kosovo devienne indépendant »

Hong Kong fut une colonie britannique de 1842 à la rétrocession à la Chine, en 1997. Elle est gouvernée comme une région administrative spéciale sous la Basic law of Hong Kong. Selon les termes de la déclaration sino-britannique commune, la Chine a promis que Hong Kong garderait une relative autonomie jusqu'à au moins 2047, soit 50 ans après le transfert de la souveraineté. Selon la politique dite « Un pays, deux systèmes », Hong Kong conserve son système légal, sa monnaie, son système politique, ses équipes sportives internationales et ses lois sur l'immigration.

Selon un spécialiste des Affaires internationales de l’hebdomadaire serbe Nin, Dragoslav Rančić, la proposition est inapplicable : « D’abord, à Hong-Kong et en Chine vivent des Chinois, alors qu’au Kosovo 90% de la population est albanaise et ne souhaite pas vivre avec les Serbes. Le contexte est différent, j’ai été surpris qu’on aille vers ce parallèle parce que c’est la formule conçut pour un pays avec deux systèmes ».

Toutes les parties ont estimé, comme d’habitude que les dernières négociations n’ont pas mené à un vrai pas en avant, d’après B92.com. La prochaine date de la poursuite des pourparlers est le 20 novembre à Bruxelles.

Snejana Jovanovic // www.Kosovo.over-blog.net