Bart de Wever pour un référendum sur l’appartenance de la province d’Anvers à l’UE 

Article publié le 1 avril 2016
Article publié le 1 avril 2016

Le Bourgmestre de la métropole flamande a-t-il bien choisi la date pour une telle sortie ?

Coup de tonnerre à la sortie d’une conférence de presse convoquée ce matin en urgence par le Bourgmestre d’Anvers, Bart de Wever : « Mes concitoyens de la province d’Anvers doivent avoir leur mot à dire quant à la tutelle européenne ».

« A l’instar du Royaume-Uni, je souhaite que la gouverneure, ma collègue Cathy Berx, convoque un référendum sur l’appartenance de notre province à l’Union européenne ».

Cette déclaration fera sans doute couler beaucoup d’encre dans les prochains jours, en particulier dans le contexte actuel de questionnement identitaire en Europe.

Une province d'exception 

La province d’Anvers se distingue déjà des autres entités politiques du Royaume de Belgique par sa prospérité économique. Ainsi elle enregistrait en 2015 un PIB supérieur à celui de la majorité des autres provinces. Connue pour son industrie diamantaire et l’attractivité sans faille de son port de commerce, elle fait également figure d’exception par l’influence notable de la N-VA (Alliance Néo-flamande). Le Bourgmestre de la ville d’Anvers en est d’ailleurs le président. Ce parti, comme son président ont toujours revendiqué l’émancipation de la Flandre, certains leaders n’hésitant pas à parler d’indépendance. 

Cette polémique sur un éventuel retrait de la province d’Anvers de l’Union européenne intervient alors même que les Britanniques doivent s’exprimer le 23 juin prochain sur leur propre indépendance. On peut également craindre un effet boule de neige. Suite à cette déclaration d’autres entités régionales pourraient exprimer un tel souhait. La Bavière, la Lombardie ou encore le Pays basque espagnol seront sans doute les plus véhéments dans cette lutte pour leur souveraineté.

Bart de Wever confesse d’ailleurs prendre exemple sur une précédente mobilisation : « Le Groenland y est bien parvenu en 1985, pourquoi pas nous ? Nous sommes plus nombreux, plus riches et extrêmement déterminés ! »

Les Anversois divisés

Les habitants de la province concernée sont partagés quant à cette initiative, bien que globalement le sentiment eurosceptique y soit très fort. Jan, 24 ans, déclare à nos micros :

« Nous devons quitter l’Europe, ils nous prennent notre argent, décident pour nous et ne connaissent rien à ce qui se passe réellement ici. Je suis pour ce référendum et je voterai sans hésiter en faveur de notre libération ! ». Son amie Maartje renchérit même : « Liberté pour Anvers et pour les Flamands ! ».

De son côté, Willem est plus réservé sur la question : « Certes l’UE n’est pas parfaite, il y a des problèmes, surtout au niveau de la politique régionale, mais l’indépendance est-elle une vraie solution pour nous ? On est sûrs de ce que l’on perd mais reste à voir ce que l’on y gagne, je ne courrai pas ce risque ».

Les avis sont bel et bien partagés mais le débat s’ouvre à peine et n’est pas prêt de se refermer. Le porte-parole de Cathy Berx, a quoi qu’il en soit annoncé qu’un éventuel référendum n’aurait pas lieu avant mai 2017.