Badanti : les fantômes de la société italienne

Article publié le 15 juin 2015
Article publié le 15 juin 2015

En Italie, on les appelle « badanti » - des auxiliares de vie féminines. Alors que ces femmes font un travail essentiel, elles finissent par être exploitées. Sans droits au travail et isolées de la société italienne, elles représentent le côté obscur du travail non qualifié.

Les rares personnes qui la connaissent en Italie l'appellent Claudia. Cette femme de 59 ans a décidé spontanément de partir à l'étranger dans les années 90 après avoir enduré des difficultés économiques en Bulgarie. Elle a contacté un représentant d'une agence qui faisait l'intermédiaire entre les familles à l'étranger et les femmes en Bulgarie.

Avant son départ, la boîte faisait payer à chaque migrant 920 euros – une fortune dans les années 90. L'homme de l'agence a aussi pris leurs passeports et les a gardés à leurs débuts. Ainsi, l'agence s'assurait que les femmes acceptent l'arrangement. Étant donné que leurs contrats passaient par l'agence, cette dernière faisaient émigrer nombre de femmes en échange d'une somme illégale chaque mois.

Lorsqu'elle est arrivée à Rome dans les années 90, Claudia ne connaissait aucune langue étrangère, ni n'avait-elle jamais pris en charge de malades ou de personnes âgées. Pendant longtemps, elle avait travaillé en tant qu'économiste en Bulgarie.

Nous parlons dans un train en direction de Florence. Elle est encombrée par deux sacs gigantesques pleins de cadeaux (y compris des chocolats italiens hors de prix) et doit les amener à un chauffeur en ville, qui part en Bulgarie et va les livrer aux enfants et petits-enfants de Claudia. C'est une livraison complexe qui pourrait aisément être remplacée par un courrier, mais Claudia préfère comme ça. Elle envoie de l'argent tous les mois à ses deux fils ainés qui sont déjà pères de famille.

« Mais ils sont déjà indépendants et mûrs. Pourquoi comptent-ils sur vous ? » C'est une question qu'elle connaît sur le bout des doigts. Claudia me dit que parfois ça arrive aux mères, surtout aux mères bulgares.

D'année en année, Claudia a pris en charge de nombreuses personnes dans plusieurs villes italiennes. Son premier travail consistait à prendre en charge des femmes âgées malades. On ne lui montra qu'une fois comment transfuser du sang, via la fille de la dame âgée qui était médecin. Ses devoirs s'appuyaient sur une routine faite de transfusions, lavage du « patient », cuisine et nettoyage de la maison.

Après de nombreuses années, Claudia s'est détachée de l'agence, qui initialement l'avait transférée en Italie – quelque chose, de très difficile habituellement car ces agences tiennent beaucoup à leurs rentes – les charges qu'elles font peser sur les personnes comme Claudia.

Aujourd'hui Claudia travaille à son compte. Cependant, elle ne sait pas quel genre de retraite elle recevra.

Le boom des badanti

Le nombre d'auxiliaires de vie étrangères en Italie – presque toutes ces femmes – a bien augmenté dans les dernières années. À présent, elles dépassent les 1,3 millions. Les dernières mesures du gouvernement pour limiter l'immigration semblent insuffisantes.

Les badanti – carrières des seniors ou travailleurs domestiques – viennent principalement d'Europe de l'Est : par exemple la Roumanie, l'Ukraine et la Moldavie. En bonne partie, il s'agit de femmes diplômées avec des compétences acquises dans leurs pays d'origine. Elles choisissent souvent un travail moins qualifié que des postes haut placés mais moins bien rémunérés dans leurs pays d'origine. 

Les auxiliaires de vie, dans des pays comme l'Italie remplissent un vide du système social et sanitaire. Selon Antonino Ferrara, un jeune italien qui travaille dans le secteur des organisations non gouvernementales, sur des projets en partenariat avec l'Agence pour l'emploi, qui s'occupe de l'intégration des immigrants, c'est un genre de système de santé privé organisé à l'intérieur du système sanitaire national. Par son travail, il a connu beaucoup de badanti d'Europe de l'Est. Il pense aussi que ce mot devrait être remplacé par le plus neutre « travailleuse domestique ».

Problèmes éthiques

Antonino me dit qu'il y a des problèmes éthiques qui doivent être pris en compte, à commencer par le fait que l'émancipation des femmes italiennes est à son tour associée au dur travail des étrangères qui arrivent dans le pays, après la décision de se séparer de leurs familles.

De plus, il y a des risques psychologiques, comme le fait que le patient pris en charge peut mourir. Ces femmes dépendent fortement des conditions physiques et psychologiques de leurs patients, ce qui se répercute sur leur propre condition psychologique.

Ces femmes ne sentent pas qu'elles vivent en communauté, elles sont majoritairement seules. En outre, ce droit à une journée libre n'est pas toujours respecté par la famille qui emploie. Cela signifie que ces femmes ont rarement des activités hors du travail – elles sont bloquées dans la maison dans laquelle elles travaillent. Et le traumatisme émotionnel d'être loin de leurs familles est un problème de plus.

En dépit de quelques problèmes de santé, Claudia a retardé son rêve de retour – en Bulgarie, auprès de sa famille et dans la maison de campagne, qu'elle a construite il y a de nombreuses années avec une partie de l'argent gagné en Italie.

Après quelques années avec les familles des autres, il est sain que Claudia profite de la vie qu'elle a durement menée pour se construire, chez elle – avec sa famille.