Avide d'essence

Article publié le 18 octobre 2006
Article publié le 18 octobre 2006

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Les commentaires d'inspiration freudienne sur les voitures et leurs conducteurs sont légion de nos jours. Néanmoins, la popularité grandissante des 4X4 m'intrigue. Comment peut-on acheter ces monstres surdimensionnés et assoiffés de pétrole pour se promener à travers les capitales européennes déjà pleines d'embouteillages ? Des études scientifiques montrent que les experts en marketing des géants de l'automobile souffrent du même complexe. Le 4X4 ‘Parejo’ de chez Mitsubishi s'appelle ‘Montero’ sur le marché espagnol parce que « Pajero » (masturbation en vo) n'était pas jugé suffisamment politiquement correct. De même, la Ford « Pinto » (petit pénis à Rio) n'a pas eu un grand succès au Brésil.  Dans un genre différent, la Volkswagen ‘Jetta’ s'appelle ‘Golf’ en Italie. En effet, un « jettatore », dans la langue de Dante, maudit ses victimes en leur envoyant le mauvais oeil. Avouez que ce n'est pas très rassurant pour une voiture. En Allemagne, Volkswagen  a choisi d'appeler un de ses modèles ‘Phaeton’ en hommage au héros grec qui a détruit le char de son père. Un bel avertissement pour les jeunes fougueuses : conduisez plutôt une vieille mini, c'est plus sûr.