Avec Feo Aladag le cinéma européen, c'est du luxe

Article publié le 30 novembre 2010
Article publié le 30 novembre 2010
Le prix du cinéma européen LUX récompense des films qui «  illustrent ou questionnent les valeurs fondatrices de notre identité européenne, révélant la diversité culturelle de l'Europe ou éclairant le débat sur l'intégration européenne. » Remis mercredi 24 novembre à l'autrichienne Feo Aladag, l'équipe de cafebabel.
com Bruxelles en profite pour tirer le portrait d'un cinéma européen en plein effervescence.

Avec son premier long métrage Die Fremde, « L’étrangère », la réalisatrice autrichienne Feo Aladag réussit un beau doublé. En plus d’être nominée aux Oscars dans la catégorie langues étrangères, elle est aussi la première femme à remporter le Prix LUX du film européen ce mois-ci à Strasbourg. Trois ans après l’Oscar de Florian Henckel von Donnersmarck avec Das Leben der Anderen, il semblerait que le cinéma européen soit entre de bonnes mains.

Depuis 2007, les parlementaires européens ont leur festival de Cannes. Mais dans leur catégorie, peu de chance d’y voir défiler des stars américaines. Cette récompense n’est accordée chaque année qu’à un film européen parmi une dizaine en compétition.

Devant l’assemblée parlementaire réunie à Strasbourg, la gagnante Feo Aladag, pourtant grande et filiforme, fait figure de femme forte. Brandissant son prix, elle appelle à la solidarité et le rôle important de l’Europe dans la quête du respect et de la tolérance « Le prix LUX est un pont essentiel entre nos identités nationales et au delà, il n’est pas important qu’à nous, réalisateurs, mais plutôt à chacun d’entre nous », dit-elle avant de quitter l’hémicycle.

Lire l'article intégral sur le babelblog de cafebabel.com

Photo : (cc) Greg Kruk/flickr