Attention au départ!

Article publié le 10 février 2004
Publié par la communauté
Article publié le 10 février 2004

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

café babel lance Orient espresso. Alors que le train de la nouvelle Europe va partir vers l’Est, voici un bon expresso. Attention au débat! Sans frontières…

Dimanche 1er février, la Gare de l'Est était en fête. La gare la plus célèbre de France -celle d'où partaient les troupes de la République pour le front combattre les « boches », et dans laquelle, après la guerre, affluaient les wagons des rescapés d'Auschwitz- avait quelque chose de spécial.

Faites la gare, pas la guerre!

Dans l'air ne résonnait plus le bruit des bottes mais les accents les plus variés et des paroles libres … Au cri de « faites la gare, pas la guerre ! ». Installées à la terrasse d'un café, café babel avait réuni soixante personnes de 15 nationalités différentes pour débattre du futur de l'Union européenne. Qui sera élargie, dès le 1er mai prochain, à 10 nouveaux pays. L'occasion? Le lancement d'un cycle de 6 coffee storming, les brainstorming européens au goût de café, qui silloneront, de février à juillet, les villes de Paris, Varsovie, Bruxelles, Barcelone, Dublin et Berlin.

C'est depuis la Gare de l'Est que café babel a voulu faire partir le train de cette nouvelle Europe élargie. Un train dans le vrai sens du terme: 25 wagons tous différents les uns des autres, 1ère, 2ème et 3ème classe à la carte, un peu lent peut-être, et dans lequel tout n'est pas tout à fait clair. Certes, jusqu'à la dernière minute, les passagers se sont battus pour les billets, mais ni le terminus, ni le chef de train, ni le conducteur ne ont été vraiment définis.

Où va l'Europe?

Où va l'Europe? L'élargissement la transformera-t-elle en un simple super marché, en une zone de libre échange un peu plus bureaucratisée que les autres, ou bien est-il encore possible d'avancer sur le chemin d’une Europe fédérale ?

Qui doit la conduire ? L'axe Paris-Berlin, les intérêts intergouvernementaux, la Commission ou le peuple européen (s'il y en a un) ?

Ce qui est sûr en tous cas, c’est que le train de la vieille Europe, celle des fondateurs, de la CECA, des Mitterrand et des Kohl, s'est arrêté. Non seulement parce qu'il fallait y ajouter de nouveaux wagons, mais aussi parce qu'il est arrivé à destination : l'Europe est aujourd'hui stabilisée, pacifiée.

Maintenant tout peut être remis en cause. Mais une chose est certaine : comme le vieil Orient Express qui allait de Paris à Istanbul en passant pas Budapest et Bucarest, l'espace vital de l'Europe se trouve à Est. Et les prochains arrêts s'appeleront Turquie, Bulgarie, Roumanie, Balkans…

Si l'on veut croire en un voyage historique, ne restons pas assis. Changeons de voiture, explorons le train. Et prenons un bon café entre Tchèques et Italiens, Français et Polonais, Estoniens et Chypriotes. Transformons l'Europe de la bureaucratie en Europe des peuples, des accents et du dialogue. Avec la dernière rubrique de café babel, réalisée en partenariat avec l'association tchèque AMO et avec le soutien de la Fondation de France. Voici votre « Orient espresso », l'Europe est servie! Attention au départ !