Atlantide : Mais où se trouvait donc la cité perdue ?

Article publié le 21 mars 2011
Publié par la communauté
Article publié le 21 mars 2011
La recherche géographique de la cité perdue de l’Atlantide a conduit à l’élaboration au fil du temps de nombreuses hypothèses et constructions. Cette fois-ci, une équipe internationale de chercheurs, dirigée par l’archéologue Richard Freund, professeur à l’université de Hartford aux États-Unis, soutient que l’Atlantide a peut-être été localisée dans une région marécageuse du sud de l’Espagne !

Atlantis20m.jpg Il est généralement admis, en accord avec les études qui on été faites, que l’Atlantide a été détruit par un « tsunami ». Les archéologues et géologues américains, canadiens et espagnols ont utilisé une photographie prise depuis un satellite qui fait apparaître les vestiges d’une cité submergée, au nord du port espagnol de Cadix, Gadeira pour les Grecs anciens. La cité date d’il y a plus de 4000 ans et se trouve, dans les terres, plus éloignée du détroit de Gibraltar que ne l’est Cadix. Les archéologues formulent leur théorie – selon laquelle ils auraient localisé la cité perdue – en s’appuyant sur la découverte qu’ils ont faite dans le centre de l’Espagne d’une étonnante série de vestiges d’autres cités, qui correspondrait selon eux à la construction de « cités-mémoire » bâties sur le modèle de la cité de l’Atlantide. Cela signifierait que ceux qui ont survécu au tsunami se seraient installés dans l’intérieur du pays et auraient fondé des cités qui leur auraient rappelé la cité submergée.

Richard Freund a naturellement précisé qu’il ne pouvait pas affirmer avec certitude qu’il s’agissait de l’Atlantide, mais il a laissé entendre que cela était néanmoins fort possible.

La cité de l’Atlantide !

« Écoute donc Socrate, une tradition très étonnante qui est pourtant entièrement vraie, comme l’a raconté autrefois le plus sage des sept sages, Solon. » (Extrait du Timée de Platon)

L’Atlantide est une cité perdue mentionnée pour la première fois par le philosophe Platon. Il y est fait référence explicitement dans les dialogues de Platon que sont le Timée et le Critias, écrits vers 360 av. J.-C. Pour une raison qu’on ignore, le philosophe n’a jamais terminé le Critias.

D’après Platon, l’Atlantide se trouve « au-delà des Colonnes d’Hercule ». L’Atlantide était un continent plus vaste que l’Asie et la Libye réunies et possédait l’une des plus impressionnantes cités de l’Antiquité. La plus grande partie du territoire de la cité était occupé par une vaste colline au centre de laquelle s’élevait le temple de Poséidon. Ce temple accueillait un chef d’œuvre, une statue en or de Poséidon protecteur de l’Atlantide, sur un char tiré par six chevaux en or (d’après Critias, les dieux de l’Antiquité se partageaient la Terre de manière à ce que chacun ait sa région et Poséidon prit l’Atlantide). Le temple était richement orné et servait en même temps de centre administratif. C’est là que se prenaient toutes les décisions pour la cité, elles étaient gravées sur des plaques en or qui restaient à demeure à l’intérieur du temple. Autour de la colline avait été construit dans la plaine un système assez étonnant de canaux concentriques qui permettaient aux bateaux de passer de l’un à l’autre, qui permettaient l’approvisionnement en eau de la cité et le déplacement des habitants via des chenaux.

Les recherches ultérieures qui seront effectuées en Espagne nous en apprendront davantage ; n’oublions pas qu’il existe aussi une théorie selon laquelle l’Atlantide se serait trouvée dans l’antique Thira (l’actuelle île de Santorin).

Konstantina M. (avec Jean-Marc Laborie pour la version française)