Astérix, le vrai, était auvergnat

Article publié le 31 mars 2009
Article publié le 31 mars 2009
Qui « résiste encore et toujours à l’envahisseur » ? C’est Vercingétorix, par Belenos ! Le plus connu des chefs gaulois - celui qui tint tête au non moins célèbre Jules César. Boudé par les historiens pendant des siècles, c’est au XIXe que ce jeune chef arverne découvre le feu des projecteurs.
Bien que cité par plusieurs auteurs antiques Strabon, Plutarque et Tite-Live ainsi que par Jules César lui-même (La Guerre des Gaules), on préfère longtemps une histoire mythique au récit des combats de ces tribus de la Gaule chevelue. Le XIXe siècle, en plein questionnement sur son passé, cherche les origines et les héros de la nation française : nouveau regard sur le Moyen Age et interrogation sur le monde celte.

Le premier à remettre Vercingétorix en lumière est, ironie de l’histoire, un admirateur de César : Napoléon III. Pour étoffer l’ouvrage qu’il entendait consacrer au grand Jules, il fit réaliser d’importantes recherches et mener des fouilles archéologiques. En cherchant à mieux connaître le conquérant, c’est les tribus gauloises qu’on « découvrit ». Après des années d’un oubli presque complet, Vercingétorix devint un de nos grands personnages historiques et l’empereur commanda au sculpteur Millet une statue de sept mètres de haut pour commémorer… la déroute d’Alésia ! Le monument célébrant la victoire des troupes gauloises sur les légions romaines à Gergovie ne sera érigé qu’au début du XXe siècle.

.

http://www.flickr.com/photos/darkmarmotte/2263401806/ Sur le socle de la statue en pied de Vercingétorix par Millet, on peut lire « La Gaule unie / Formant une seule nation / Animée d'un même esprit / Peut défier l'Univers. »

.

Au Ier siècle avant JC, le sud de la Gaule est sous la domination de Rome, qui, par l’entremise de Jules César, entend bien poursuivre la conquête de ce territoire. La Gaule est alors constituée de tribus partageant des bases culturelles et religieuses proches, mais entretenant entre elles des relations de voisinage parfois assez tendues. La grande réussite de Vercingétorix (outre des faits militaires) est d’avoir su fédérer un grand nombre de ces tribus autour du rejet de la domination romaine. Un chef charismatique suivis par les peuples gaulois unis pour lutter contre l’envahisseur romain : du pain béni pour les nationalismes de tous poils.

Mais c’est de loin la IIIe République qui utilisa le plus intensément l’image de ce chef arverne. Humiliée par la défaite de 1870, amputée de l’Alsace et de la Lorraine, la République a alors besoin de symboles forts pour exalter le patriotisme des foules. Avec Jeanne d’Arc, il incarne cette volonté de revanche et de ré-appropriation du territoire national. Vercingétorix, fierté nationale qui a su tenir tête et même défaire le puissant empire romain est donc montré en exemple jusque dans les livres d’école. Devenu image d’Épinal, avec sa moustache et ses cheveux longs, il exhorte les Français à aller au combat : le péril n’est rien quand on se bat pour sa patrie.

.

43630143__Medium_.JPG .

Au tout début du XXe siècle, deux projets d’envergure célébrant le vainqueur de Gergovie voient le jour à Augustonemetum (Clermont) et dans ses environs. Sur la foi des travaux de l’archéologue de Napoléon III précisant l’emplacement de la bataille de Gergovie, on élève un monument sur le plateau de Merdogne (rebaptisé plateau de Gergovie). Cette construction de près de 20 mètres de haut est couronnée d’un casque « arverne » ailé, celui qui couvrira quelques années plus tard la tête d’Astérix. Et, pour orner sa place principale d’une statue équestre de Vercingétorix, la municipalité de Clermont fait appel à un sculpteur de renom : Bartholdi (l’auteur de la Statue de la Liberté).

Cette statue au cœur de la place de Jaude fut d’ailleurs à l’origine d’un mini scandale. Aucun des sabots du cheval ne touche terre. Sacrilège ! Vercingétorix étant mort en captivité, les quatre jambes de son destrier devraient toucher le sol. La fougue romantique du groupe l’a emporté sur le respect des conventions.

.

Photographies :

http://www.flickr.com/photos/mlassnig/2389770023/in/photostream/

http://www.flickr.com/photos/darkmarmotte/2263401806/

A.D.