Ashton : la voix de l’Europe ?

Article publié le 11 mars 2011
Article publié le 11 mars 2011
Par Samia Stambouli On la disait effacée, et pourtant la voici constamment dans la lumière. Tunisie, Égypte, Libye, les dossiers diplomatiques ne manquent pas. La baronne en a eu donc des occasions de porter « la voix de l’Europe ». Discrète à ses débuts, maintenant la baronne l’ouvre grand…enfin presque !

«C’est aux États de prendre la décision », déclaration de Lady Ashton, mercredi à Strasbourg, sur le dossier libyen. Celle qui doit être force de proposition auprès des Vingt-Sept, en tant que chef de la diplomatie européenne, ne se mouille pas beaucoup. En effet, depuis son entrée en fonction en novembre 2009, Catherine Ashton n’a eu de cesse de faire des déclarations pour le moins timides. D’ailleurs, Daniel Cohn-Bendit, président des eurodéputés écologiques au Parlement européen n’a pas manqué de le lui rappeler mercredi à Strasbourg.

"Dans votre mandat, il est dit que vous devez présenter des propositions aux États. Nous voulons, Madame, que vous preniez votre rôle au sérieux. Vous devez présenter cette proposition (aux dirigeants européens), sinon il y aura une grave crise entre vous et le Parlement européen" a déclaré ce dernier. Pour l’heure, seule la France a reconnu le Conseil national de transition comme « représentant légitime du peuple libyen ». Ashton, prudente, attend les conclusions de ce sommet extraordinaire. Car, elle marche sur des œufs.

Celle qui n’a aucune expérience en diplomatie, peut-elle réellement se faire entendre parmi les 27 ? C’est de cela dont il est vraiment question depuis le début. Quelle est sa marge de manœuvre aux côtés des états membres tels que l’Allemagne, la France, l’Italie ou encore la Grande-Bretagne ? Assez faible, à priori, mais depuis quelques temps, la diplomatie européenne commence à s’imposer sur la scène internationale.

En effet, Ashton était la première responsable étrangère à se rendre au Caire après la Chute de Moubarak. De même pour le cas tunisien ou elle est arrivée en pleine crise entre l’Italie et la Tunisie à propos de Lampedusa, l’île italienne, première porte de l’immigration tunisienne en Europe.

Bref, ses récents voyages officiels et son action sur le terrain feraient presque oublier que Catherine Ashton s’est rendue en Haïti 50 jours après le séisme qui avait fait plus de 250 000 morts…