Arrestation de Narges Mohammadi, célèbre militante des droits humains en Iran

Article publié le 7 mai 2015
Article publié le 7 mai 2015

Narges Mohammadi, célèbre militante des droits humains, arrêtée en Iran

Narges Mohammadi, une célèbre militante des droits humains en Iran, a été interpellée lundi chez elle par les agents du régime iranien, ont rapporté les défenseurs des droits de l'homme en Iran.

Elle avait comparu le 3 mai à un procès présidé par le cruel juge Salavati pour “propagande contre le système, assemblée et collaboration contre la sécurité nationale, et formation et adhésion à un groupe proscrit”. 

Un témoin a déclaré à une O.N.G. : «Des agents du régime sont venus interpeller Mme Mohammadi, mais cette dernière a refusé de leur ouvrir la porte et de les suivre. Les agents du régime sont alors entrés avec brutalité dans sa maison et l’ont emmené à la prison d'Evine ».

Narges Mohammadi, qui milite contre la peine de mort en Iran, avait été récemment convoquée devant le juge criminel Salavati, de la 15è chambre du tribunal islamiste de Téhéran.

Ce mollah cruel est une figure infâme de la justice intégriste qui a condamné des centaines de personnes à la peine de mort, dont plusieurs manifestants arrêtés lors du soulèvement de 2009.

Mère de deux enfants, Narguesse Mohammadi avait déjà été arrêtée en juin 2010 et condamnée à six ans de prison. En raison des tortures et des conditions carcérales effroyables, elle a souffert de maladie nerveuse et de paralysie des muscles durant la période des interrogatoires. Son état se détériorant, elle avait été libérée sur un verdict d’ « incapacité à tolérer le châtiment » avec une lourde caution.Dès la nouvelle de son arrestation, un groupe de mères et de familles de martyrs du soulèvement de 2009 se sont rassemblées devant la prison d’Evine pour protester.

Porte-parole du « Foyer des défenseurs des droits de l'homme en Iran », elle a exigé un procès public pour répondre de ces accusations infondées qui cherchent, selon elle, à étouffer toute voix de dissidence dans son pays. 

Narges Mohammadi avait rencontré secrètement Catherine Ashton le 8 mars 2013, lors d'une visite de cette dernière à Téhéran pour des discussions sur le dossier nucléaire.

Les 30 octobre 2014 elle a prononcé un discours courageux lors de la célébration du deuxième anniversaire du décès sous la torture du jeune blogueur Sattar Behechti.

Sarvnaz Chitsaz, présidente de  la commission des Femmes du Conseil National de la Résistance Iranienne (CNRI), a appelé les organes de défense des droits des femmes à condamner cette arrestation arbitraire, et à prendre des mesures efficaces pour assurer la libération de Narguesse Mohammadi et des autres prisonnières politiques.