Arnaque, cocaïne et bricolage. Et burlesque !

Article publié le 6 décembre 2011
Article publié le 6 décembre 2011
Par Bérénice Magloire CaféBabel a eu l’occasion d’assister à l’avant-première de la pièce «Arnaque, cocaïne et bricolage» jouée en ce moment au théâtre de la Toison d’or. Nous vous en donnons un avant-goût ! En cette période froide et peu joyeuse de fin d’année, beaucoup de personnes souhaitent oublier leurs problèmes et penser à autre chose.
Nous sommes en effet dans une période où la demande de divertissement est en hausse. Les gens recherchent avant tout la frivolité. C’est exactement ce que leur sert « Arnaque, cocaïne et bricolage ».

La trame de l’histoire est très simple. Un groupe de petits malfrats se rassemblent dans un bar pour convenir de leur prochain coup : récupérer un pactole enfoui dans les murs du château d’une comtesse russe.

arnaque_groupe (c) Julien Pohl

Après en avoir discuté ensemble, ces cinq joyeux compères décident de se procurer l’équipement nécessaire pour s’emparer du précieux butin. Fort heureusement pour eux, le domaine comtal est à l’abandon. Il ne leur reste « plus qu’à » organiser le cambriolage !

S’il est vrai que la pièce est écrite comme un film et que les répliques assurent beaucoup de vivacité, on ne peut que déplorer le côté très burlesque des échanges. La pièce a, certes, des similarités avec les « Tontons flingueurs » sur la forme, mais point sur le style. Quant au jeu des acteurs, il n’y a pas grand-chose à leur reprocher. Ils se confondent bien avec leurs rôles. Le style vestimentaire, les attitudes et les répliques qu’ils adoptent, collent parfaitement aux stéréotypes recherchés.

Bref, une pièce de Mohamed Rouabhi à voir si vous n’aimez pas les prises de tête ! Le spectacle est joué au Théâtre de la Toison d’or jusqu’au 31 décembre.