Argent comptant

Article publié le 18 avril 2007
Article publié le 18 avril 2007

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Asie Mineure, VIème siècle avant JC. Un riche marchant grec se réveille en sursaut, une idée révolutionnaire en tête. Au diable le commerce de banals objets et du bétail ! Pourquoi ne pas se simplifier la vie en adoptant un nouvel outil pour les échanges ? Il fusionne les mots évaluer (‘’-nomizo-) et loi (‘’-nomos-) pour obtenir la monnaie telle que nous la connaissons aujourd’hui (‘’-nomisma-).

Quelques coups de marteau sur des bouts de métal plus tard et la première pièce ciselée voit le jour en Lydie, l’actuelle Turquie. 400 ans plus tard, la monnaie traverse le continent pour arriver à Rome. Là, le 'nomisma' devient 'moneta' en référence à Junon, [Héra chez les Grecs] épouse de Zeus. En italine le verbe 'monere' signifie avertir et Junon était aussi surnommée 'Moneta' pour signifier que c'est elle qui donne l'alerte'. En 396 avant JC, on raconte que c'est la déesse qui avait donné l'alarme après que les Gaulois aient été sur le point d'attaquer Rome par surprise durant la nuit. Immédiatement, le consul Manlius organise la riposte et repousse les envahisseurs hors de la cité. Plus tard, en 296 avant JC, la première usine de fabrication de la monnaie est fondée près du temple consacré à Junon 'Moneta', situé sur la colline du Capitole. En signe d'hommage, les Romains décident ensuite de frapper l'envers des pièces de l'effigie de celle-ci. Mille ans plus tard, son dérivé anglais ‘money’ sera connu aux quatre coins du monde civilisé.

Les actuelles langues latines conservent le souvenir du denarius romain avec le ‘denaro’ italien, le ‘dinero’ espagnol et ‘diners’ catalan. Les Allemands ont préféré emprunter le mot ‘Geld’ à l’ancien anglais. Il ressemble au ‘gold’ (or) britannique, même s’il n’a aucun rapport avec le précieux métal.

De leur côté, Français et Grecs utilisent un trésor d’une valeur un peu moindre comme référence à leur monnaie : l’argent ou ‘argyros’ en terre hellènes. L'est de l'Europe n'a conservé que les petites pièces. Le ‘peníze’ tchèque, le ‘pienidz’ polonai et le ‘pénz’ hongrois se réfèrent probablement aux ‘coppers’ [cuivre] anglais ou pence [sou].