Après Poudlard, Narnia et les collines du Mordor, les mythes de l’Union européenne

Article publié le 22 décembre 2010
Article publié le 22 décembre 2010
Les mythes et les contes de fées ont occupé une place privilégiée dans l’histoire de l’Union européenne. De l’implacable obscurité de la réalité européenne, à la chaleur réconfortante de relations et d’amitiés imaginaires, le récit 2010 de l’Union prend place sur un continent digne d’un roman fabuleux. Ce conte est le premier d’une série de récits publiés à partir de Noël 2010...
N’hésitez pas à contribuer au projet !

L’enfant Rom et le Saint sorcier français

Il était une fois une Petite fille Rom qui parlait un nombre de langues tel que des couleurs pleuvaient de sa bouche, et que ces couleurs étaient accompagnées par des sons. Mais voilà que la jeune polyglotte, membre d’une importante minorité de l’Union, tomba éperdument amoureuse d’un petit sorcier hypocondriaque, souffrant d’acouphènes, reclus chaque nuit de peur que la musique ne le rende sourd et que son costume ne soit entaché par les couleurs générées par la jeune Rom. Alors que les vingt-six autres sorciers regardaient la scène, le Sorcier français, qui était malveillant, poussa sournoisement la jeune Rom dans le ventre d'un métro.

Comme chaque arrêt marquait une nouvelle capitale de l’Union, la pauvre petite fille devait changer sans cesse de direction, jusqu’au terminus de l’Est, à Bucarest. Soudain, la petite fille ne put plus prononcer un seul mot : elle avait été bannie sur une terre qui avait volé son nom ! Mais un retournement improbable de situation fit que la fille contrôla encore ses couleurs et ses sons. Retournant sur ses pas, elle prit le contrôle du bleu et du jaune qui émanaient de la station de métro, et les fusionna en une immense vague verte qu’elle chevaucha pour retourner en France. Le Saint sorcier laissa alors échapper un cri d’effroi si grand en la voyant arriver, que la vague verte traversa ses oreilles de part en part. Par son acte malencontreux, le Saint sorcier souffrait désormais… d’un double acouphène.

Retrouvez le prochain conte en janvier 2011

Photo : (cc) MiniTar  Tar .../ Flickr