Apocalypse now : le tourment, c'est maintenant

Article publié le 19 décembre 2012
Article publié le 19 décembre 2012
La fin est proche. Nous en craignons tous les conséquences et pourtant personne ne s’est préparé. Comment le monde finira-t-il ? Une météorite s’écrasera-t-elle sur la terre tel un dramatique délire cinématographique ? Un raz de marée ? Facebook deviendra-t-il payant ? Mais si l’apocalypse était déjà parmi nous et que, trop occupés à se taguer sur FourSquare, nous ne nous en étions pas aperçus ?
Analyse de l'enfer quotidien, pour se préparer à la fin du monde.

L’apocalypse est déjà là ? Alors que certains ont commencé le compte à rebours jusqu’à la date fatidique, le monde nous envoie des signes évidents d’une fin déjà amorcée.

Et la presse, bébé

Elle a ri de la fin du monde, pas toujours finement. Résultat, ils sont tous morts avant. Le dernier média à avoir succombé est Owni, pionnier français de l’information en ligne et du data journalisme. En Italie, près de 70 journaux sont sur le point de mettre la clef sous la porte. 129 rédacteurs d’El Paìs en Espagne viennent d’être remerciés par email tandis que l’arrestation du journaliste grec qui a dévoilé la liste Lagarde et l’agitation autour du cas Sallusti ont remis les droits des journalistes en question.

Il semblerait qu’il faille connaitre son ennemi pour mieux le combattre. Ou du moins qu’il est un nom. Après la fermeture de l’édition allemande du Financial Times, les Allemands ont inventé le mot « Zeitungssterben » ou « la mort des journaux ». Cependant, le néologisme n’a pas freiné ce qui semble être une véritable épidémie : Der Freitag nage en eaux troubles et il est probable qu’en 2013 les Français ne puissent plus se promener avec une copie de Libé sous le bras. L’approbation du projet de loi pour une « indemnisation équitable » des journalistes indépendants en Italie n’insinue-t-elle pas la disparition prochaine des rédactions ?

Austérité en Europe

En Italie, tout a commencé avec la grande illusion du gouvernement technocratique de Mario Monti, annoncée en grande pompe pour ensuite aller se briser contre la muraille impitoyable de l’austérité. Crise. L’apocalypse moderne tient dans ces cinq lettres et elle se traduit par un seul mot : précarité. Indignez-vous avait crié Stéphane Hessel dans les pages de son livre. Il a été repris par les Indignés espagnols et grecs qui ont investi respectivement la Puerta del Sol les 15 mai 2011 et 25 septembre 2012 et la place Syntagma en octobre dernier.

Il y a ceux qui ont cherché les causes de la crise dans toutes les langues d’Europe. Et qui, ne trouvant pas de réponse, pas même en envoyant une lettre au ministre, ont décidé de quitter le pays avant la fin du monde pour devenir un cerveau en fuite. Après s’être assuré d’en avoir un – cerveau - pour ne pas être uniquement un estomac en fuite. Avec une langue étrangère en poche pour ne pas devenir un cerveau incompris. La ministre du Travail, Elsa Fornero, avait pourtant proposé une alternative patriotique. « Don’t be choosy » mais il semblerait que le spécimen choosy ne résistera pas à la revue générale des politiques publiques, c’est scientifiquement prouvé.

Voir la galerie-photo : « L’Italie et la crise : c’est le why »

Sodome et Gomorrhe

La prétendue ouverture du Pape à la modernité ne va pas au-delà d’un compte twitter.

Pour beaucoup, la seule évocation du mariage pour tous est un signal clair que l’apocalypse est en marche. 2012 a été témoin du retour du spectre de l’homophobie, accompagné du sombre cortège des suicides, violences et autres offenses. Les catholiques intégristes qui ont agressé les activistes ukrainiennes des Femen ont dû se représenter l’apocalypse comme une pluie de feu qui détruirait la nouvelle Sodome. La campagne Act Up Paris n’a pas suffi à rassurer les militants homophobes qui croient toujours que la légalisation du mariage pour tous déchainera la colère de Dieu. Et la prétendue ouverture du Pape à la modernité ne semble pas aller au-delà d’un compte Twitter.

Pour contrer l’avancée homophobe, les gays américains ont réalisé une vidéo à glacer le sang des fiers mâles hétéros. Cependant, toujours aux États-Unis, NationforMarriage a déjà récolté près de 80 000 dollars contre les imprudents qui veulent « imposer le mariage entre personne du même sexe à tout le pays ». Alors que dans la vieille Europe,l'Espagne a déjà ratifié le mariage gays tandis que l’Italie continue de montrer le meilleur d'elle-même en ce qui concerne les droits de l’homme.

Second life

Tu as eu le courage de faire un enfant ? Documenter sa vie de l’échographie à sa première dent équivaut à remplir un acte de naissance.

Vivre IRL (In Real Life, ndr) n’a jamais été aussi difficile. Normal donc que trainer de profil en profil sur Facebook soit source de satisfaction. Contrôler les mouvements de notre vie virtuelle est une activité à laquelle 42% d’entre nous ne peut résister selon l’Université de Chicago. En temps de crise, tu as eu le courage de faire un enfant ? Documenter sa vie de l’échographie à sa première dent équivaut à remplir un acte de naissance. Surtout si tu l’as appelé « hashtag ». Et pour être en accord avec sa conscience, quelques likes et la signature d’une pétition suffisent à devenir un parfait « slacktivist », une des figures de 2012, selon Forbes.

Pour faire front face à la boulimie, à New York, une diaspora anti-facebook a vu le jour. En attendant, pour résister au chargement sauvage de photos de couches et de tétines, un programme est en mesure d’identifier et de cacher les photos de mineurs de moins de 24 mois. Toujours rien du coté des photos de vacances. Cependant, selon le dernier rapport Istat, près de la moitié des italiens ne sera pas en mesure de prendre une semaine de vacances. En 2013, la crise nous épargnera au moins ça. Quoique.

This is the end … ?

Au cas où la vraie apocalypse veuille nous soustraire aux misères quotidiennes et s’abattre sur nous, le Web 2.0 reste la possibilité de résister à la mort elle-même et d’envoyer un ultime message pour la postérité. Ainsi que nos conseils pour un monde meilleur.

Photos : © Giampaolo Macorig/flickr; Texte :  Financial Times Deutschland © lahnblog.de; Act Up Paris © pagina facebook Act Up Paris; Femen © Joseph_Paris/flickr; If I Die © screenshot ifidie.net. Vidéo: IfIDieApp/YouTube.