Antifascisti Bruxelles : footballeurs engagés à Molenbeek

Article publié le 9 février 2016
Article publié le 9 février 2016

Le premier tournoi de futsal antiraciste de Bruxelles sera organisé en juin prochain à Molenbeek. Une bonne occasion pour se rencontrer, jouer et réfléchir aux conséquences de l'état d'urgence et de la criminalisation d'un quartier suite aux attentats de Paris. 

Le premier tournoi de futsal (aussi appelé football en salle) antiraciste de Bruxelles sera organisé à Molenbeek-Saint-Jean, à l’initiative du collectif Antifascisti Bruxelles. Le tournoi a pour objectif de faire se rencontrer les jeunes, les sans-papiers, les citoyens et citoyennes de Molenbeek et des autres communes de Bruxelles partageant des valeurs antiracistes. « Nous organisons ce tournoi, affirme le collectif de jeunes antifascistes, pour dire Non au racisme ! , se rencontrer et lutter ensemble contre le climat de peur et les mesures visant à restreindre les libertés fondamentales. »

Contre les clichés

L'idée du tournoi s'inspire de la Coupe du Monde Antiraciste, organisée dans la région Émilie-Romagne à Bologne depuis 1997, et qui a vu comme participants, des mouvements divers, comme celui des groupes ultras souvent étiquetés « racistes », face à des communautés d'immigrés. D'un simple tournoi de football, la Coupe du Monde s'est transformée en festival multiculturel auquel participent des milliers de personnes chaque année. Et comme le racisme est universel, les plus grands joueurs en Europe ont également leur campagne.

Le collectif Antifascisti Bruxelles, en activité depuis novembre 2014, est un groupe de jeunes italiens et italiennes, travailleurs, précaires ou artistes, qui ont comme objectif commun de maintenir en vie et de diffuser les valeurs fondamentales de l’antifascisme, en Italie et dans le reste de l’Europe. Le collectif participe à toute une série d’initiatives sociales sur Bruxelles : manifestations, piquets et sit-in, en collaboration avec d’autres réalités italiennes, belges et internationales. « L’idée d’organiser ce tournoi à Molenbeek, raconte le collectif, est dans l’air depuis quelque temps au sein de notre groupe, vu les caractéristiques du quartier, son histoire de flux migratoires et sa forte composition ouvrière, qui a été la main d’œuvre à bas prix qui a contribué à faire de Bruxelles ce qu'elle est aujourd’hui. »

Molenbeek tisse aussi des liens étroits avec la communauté italienne, présente sur le territoire depuis les années 50. « Au lendemain du 13 novembre, continue le collectif antifasciste, la commune de Molenbeek est devenue la cible d’un processus de criminalisation au niveau médiatique et social. Cela a contribué à créer une atmosphère tendue et un climat de méfiance à l’égard des habitants du quartier. Beaucoup d’entre eux ont subi violences policières et fouilles sommaires juste parce qu’ils étaient musulmans ou voisins des terroristes. »

Antiracisme et solidarité avec les habitants du quartier

Le 18 novembre dernier, la ville de Bruxelles a réagi avec une manifestation de solidarité en présence de plus de 2000 personnes à Molenbeek. Suite à cela, des débats et des réunions continuent de s'organiser pour protester contre les mesures sécuritaires et l’état d’urgence.

« Nous avons été frappés par la réaction de certaines mères de familles de Molenbeek, qui ont dénoncé publiquement les violences, les abus et les harcèlements dont leurs enfants sont victimes chaque jour. À ce point-là, l’organisation du tournoi est devenue une priorité. Nous sommes convaincus que la terreur ne doit absolument pas être combattue par la terreur. Dans le quartier, il y a des personnes qui oeuvrent sur le terrain afin d'éloigner les jeunes du chômage et contre la radicalisation. Nous voulons contribuer à cela, grâce à cette initiative de rencontre, de sport et d’amitié », conclut le collectif.

__

12 février à partir de 19h au BOOM - Le Café du Commerce Equitable - rue Plétinckx. Soirée de lancement du projet, avec un apéritif végétarien à prix populaire et de la musique soigneusement sélectionnée par les Antifascisti Bruxelles.