Allez viens, on... danse ?

Article publié le 21 novembre 2014
Article publié le 21 novembre 2014

Toi qui, hier soir, a renoncé pour la première fois à ta place en terrasse pour gagner au bar la foule des résignés, toi qui t’es réveillé(e) ce matin les pieds transis par la froidure matinale, Ô toi, jeune cigale ayant chanté tout l’été, surprise en pleine fête par la bise automnale : viens, suis-moi, il faut danser maintenant…

C'est désormais un fait : l’hiver est en route (« winter is coming », dirais-je si je voulais chatouiller un peu votre culture geek). Mais ne laissons pas le froid cruel pénétrer nos cœurs ! On le savait déjà, Bruxelles est comme une mère répondant à nos moindres besoins. Ce week-end encore, elle confirme sa réputation, nous offrant dans les mille replis de sa douce pèlerine l'occasion de chauffer nos corps sur des rythmes endiablés, de nous frotter aux sons de musiques lointaines, bref de fusionner ensemble dans un immense feu de joie... Et que ce feu serve de repère dans la nuit aux âmes égarées ! 

Vendredi 21/11

Petite cigale, tu as le choix : jazz bondissant, musique tzigane ou soirée DJ aux sons éclectiques ?

Si tu aimes le jazz, mais que tu aimes aussi être surpris, le Conservatoire de Bruxelles accueille Gaïa Cuatro, un groupe atypique de composition internationale. Ou quand l'Argentine rencontre le Japon au pays d'Armstrong... C'est à 20h et c'est 12€, avec des réductions sur Arsène50 et des offres à 5€ pour les étudiants de moins de 26 ans ! 

Pendant ce temps-là, le groupe hongrois de musique tsigane Parno Graszt enflammera la piste des locaux de Muziek Publique, avec leurs rythmes festifs et mélancoliques à la fois si spécifiques à l'âme gypsie. Influences orientales et percussions sur cruches en métal, un grain de folie pour des heures de bonheur ! Le plus : le concert sera prolongé par une jam ouverte aux musiciens. Le hic : c'est 15€, ou 13€ en prévente.

Si tu préfères l'ambiance fusion des genres, mais que tu aimes surtout quand c'est gratuit, bienvenue au mythique Boonefooi pour un DJ set de Radio Martiko DJ'S à partir de 22h. Mêlant habilement funk, R&B, rock'n roll, beats orientaux et vintage belly dance, chaque saveur musicale s'en trouve relevée. A déguster sans retenue...

Samedi 22/11

Cette soirée s'initie également sous le signe de la rencontre (car pour se réchauffer mieux vaut être au moins deux !) : à la Maison du Peuple, ce sont cinq chorales issues de traditions culturelles différentes qui partageront leur répertoire à partir de 20h pour des créations collectives inédites. L'événement s'intitule Intersongs 2, c'est donc la deuxième édition du genre. Pour les mélomanes aux oreilles insatiables, toujours en recherche de nouvelles vibrations ! Et c'est gratuit

Pour toi, infatigable cigale, la soirée continue gratuitement à la Maison du Peuple avec un set de DJ Shaltzman, ou bien s'ouvre à 22h sur une nuit groovy enfievrée à la Tentation avec Groovalicious, qui nous ouvre en fanfare les portes de l'Afrique et de l'Amérique du Sud... pour désengourdir les plus frileux.

Dimanche 23/11

Ce dimanche, le Swing is king au Monk bar ! 

A partir de 16h, les fans de swing pourront venir tortiller du booty sur des sons jazzy tout bien comme il faut. Mais pour ceux qui auraient passé la nuit à la Tentation et qui souhaiteraient poursuivre leur exil outre-atlantique sur un mode plus intimiste, le Brésil s'invite au Viavia Travellers Café à partir de 17h. Pedro Moura vous fera partager son amour du choro le mal-nommé, style musical signifiant "pleur" en portugais. Si on pleure comme ça au Brésil, plus vraiment besoin de rire...

Par contre, si tu préfères finir le week-end en douceur sur une note méditative - ce qui est fort légitime, chère petite cigale, c'est vers l'Orient que t'emmène le Belgian Sitar Festival, qui te fera parcourir le sous-continent indien de 14h à 20h grâce au talent respectif de cinq sitaristes belges aux styles aussi maîtrisés que différents.  Le voyage n'est pas gratuit : 12€ pour 6 concerts qui commencent à l'Art Base pour finir au Cercle des Voyageurs. 

Allez, range-moi tout de suite cette vilaine cagoule. Enfile plutôt tes tongues et on the road to the sun !