Allemagne : le Radball, le foot à deux roues

Article publié le 13 août 2015
Article publié le 13 août 2015

Pendant nos vacances en Allemagne, nous avons fait une rencontre inattendue avec le Radball, soit du foot joué sur la selle d’un vélo. Le spectacle est amusant mais au cœur de l’Europe, ce sport est aussi méconnu que passionnant. 

Les sensations sont semblables à celles vécues avant de nombreux matchs. Pendant que les athlètes finissent leur échauffement et que les banderoles sont mises sur les gradins, on attend patiemment le match en sirotant un bon verre de bière locale et en tentant de pronostiquer le résultat final. Puis, vient le moment de l’entrée des joueurs en short et tee-shirt, l’arbitre, le ballon… les vélos. Les cris d’encouragement du public. Le sifflet du coup d’envoi et les premières joutes dans le terrain de jeu : des évolutions acrobatiques, des passes décisives, des affrontements véhéments.

À la découverte du « foot en vélo »

Les rythmes de jeu sont intenses, et le ballon roule d’un bout à l’autre du terrain. Pourtant, nous ne parlons pas de football, ni de basket, ni de volley, ni handball, ni de water-polo ou de n’importe quel autre sport qui pourrait vous venir à l’esprit. Ici, ce sont les vélos qui sont sous les feux des projecteurs : il s’agit d’un match de Radball.

Nous sommes à Hahndorf, une partie de la très jolie ville de Goslar, dans la Basse-Saxe, à une heure de route de Hanovre et de Wolfsbourg. Nous ne sommes pas arrivés jusqu’ici exprès pour cet évènement, étant donné que nous sommes en vacances en Allemagne, pour d’autres raisons. Mais lorsqu’on nous a proposé de découvrir un sport qu’on ne connaissait pas, très populaires au sein de ses bases, et d’assister à un tournoi international entre les clubs de première catégorie, notre curiosité nous a incité à changer notre programme.

Nous voilà donc au gymnase municipal en train d’encourager R.C Allemagne Hahndorf, une équipe déjà détentrice de deux titres qui affronte une équipe suisse.

Le plaisir d'etre surpris

Le Radball (en allemand, ou Cycle ball d’après le terme officiel en anglais, nda) est une discipline qui remonte à 1893. Les premiers championnats du monde ont été inaugurés en 1929. La discipline a débarqué en Italie en 1951, lorsque Milan a accueilli les championnats mondiaux de Cycle ball. Pour le reste, on en trouve pas beaucoup plus de traces concrètes de ce sport au-delà des frontières de la Botte.

Un entraînement spécial de deux cyclistes jouant au Radball (Equinox Wheels/You Tube)

La Radball a été inventée à la fin du dix-neuvième siècle par un allemand-américain, dénommé Nicholas Edward Kaufmann, devenu particulièrement populaire en Europe centrale : en Allemagne, Autriche, Suisse, République Tchèque, France, Belgique, mais aussi au Danemark au Japon, en Russie. Les affinités avec le foot sont nombreuses, même si le terrain est plus petit et que les matchs se jouent principalement en intérieur. Le déroulement du jeu et les murs du gymnase rappellent d’avantage les rebonds et la rapidité du basket et du handball, avec des manches de 7 minutes chacune. Et on joue bien entendu avec les pieds sur les pédales et sur la selle d’un vélo spécial : à pignon fixe, très léger et maniable avec un guidon allongé qui permet d’utiliser la roue avant comme une crosse de hockey pour frapper le ballon. On drible, on tire, on bloque, le tout avec les roues des vélos

En bons chroniqueurs, nous devrons à présent vous fournir quelques informations sur le match de Hahndorf. En réalité, le dénouement du match nous a rapidement échappés, lorsque nous prenions une photo et que nous bavardions avec les personnes présentes. Ce qui nous a le plus marqué est l’idée que dans l’ère du sport mondial sublimé et hyper-commercialisé, au cœur de l’Europe il est encore possible de s’étonner face à un sport méconnu ailleurs, mais qui entre ces murs transmet de la passion et de l’orgueil, ou constitue tout du moins un passe-temps agréable. Et de belles sensations.