AJO: Striptease cardiovasculaire à base de micro-poésie

Article publié le 11 janvier 2008
Publié par la communauté
Article publié le 11 janvier 2008
Striptease Cardiovasculaire, c’est le nom des spectacles d’une micro-poète espagnole qui répond au nom deAJO (« AIL »). Son oeuvre fait la une des nuits de l’underground chic de Madrid et ses dards poétiques représentent une ode à la liberté créative sans égal. Elle est subtile, ajustée, précise, cuisante. Pure irrévérence face aux formalismes lyriques.
AJO, c’est l’extra-académicienne que les académiciens ne perdent plus de vue.

“Pardonne-moi si je te demande des poires, je ne savais pas que tu étais un orme” ou “Je t’adorerai toujours et me moque de toi comme de l’an quarante ne riment pas pour le moment mais le feront avec le temps”, sont quelques unes de ses perles. Mêmes des personnalités politiques du gouvernement espagnol de Rodríguez Zapatero, comme l’ex ministre à la Culture, Carmen Calvo, se déclarent fans des micro-poétiques de la, selon elle, “jeune, brillante et atrabilaire mais lucide” AJO. Ses poèmes sont très courts, comme des haiki informaux qu'elle déclame dans une ambiance de cabaret ou de deuil narquois, selon qu'elle passe de la joie à la tristesse la plus profonde ou l'inverse. Un genre de spectacle que l'on attend encore de ce côté des Pyrennées.

hits

Cette micro-poète est aussi musicienne et écrivaine de chansons. Dans les années 90’ elle fonda le groupe de rock expérimental et la maison de disques indépendate Por Caridad Producciones. C’était l’époque où elle édita quatre albums et nottement le , interprété ensemble avec le philosophe et écrivain . Maintenant, AJO est une des organisatrices du festival de musique expérimentale à Madrid.

Mil Dolores Pequeñossingle De la piel pa’dentro mando yoAntonio EscohotadoExperimentaclub

Concha Hierro del Hoyo