Abbey ose !

Article publié le 14 février 2015
Article publié le 14 février 2015

Abbey Hoes, 20 ans, fait partie des European Shooting Stars de la Berlinale. Rencontre avec la jolie Néerlandaise qui a déjà plus d'un film dans son sac.

A peine 20 ans, Abbey Hoes sait déjà comment charmer son auditoire. Lors de la conférence de presse de présentation des European Shooting Stars 2015, l'actrice au joli petit minois déclenche les rires des journalistes, en racontant ses débuts à la télévision. Abbey Hoes a commencé sa carrière aux Pays-Bas, son pays d'origine, en apparaissant dans des publicités. Elle était alors la petite fille clignant malicieusement des yeux en s’exclamant "Hmmm... Lecker ! (délicieux ndlr)" dans une pub pour jus de fruits. Un tel régal qu'Abbey "aurait pu faire ça toute sa vie!" Mais fort heureusement, le sort en a décidé autrement. Dès l’âge de 15 ans, Abbey est engagée pour jouer dans son premier film télévisé. Et il n’est plus question alors de jouer les petites filles enthousiastes. Dans "Maite was here" de Boudewijn Koole, Abbey tient le premier rôle, celui d'une jeune fille atteinte d’une grave maladie qui, pour avoir une chance de survivre, doit tenter une expérimentation médicale.

Le film est acclamé aux Pays-Bas et Abbey se voit remettre le prix du meilleur espoir du festival de cinéma néerlandais d'Utrecht en 2012. Deux ans plus tard, elle reçoit le Golden Calf de la meilleure actrice pour son rôle dans "Nena". Ce film de la réalisatrice Saskia Diesing, sélectionné cette année dans la catégorie Generation de la Berlinale, raconte la vie d’une jeune fille qui se retrouve sous le feu d'émotions contradictoires. Nena, 16 ans, tombe amoureuse pour la première fois. Mais au sein de la cellule familiale, elle est confrontée à l’état suicidaire de son père malade.

A voir la jeune femme au visage poupon et les petits coeurs qui pendent à ses oreilles, on ne peut que s’étonner de l’écart entre ses apparitions publiques, déclenchant les rires de ses interlocuteurs, et les rôles noirs qu’elle tient à l’écran. Abbey avoue éprouver une certaine affinité pour "ces personnages 'weird' (étranges ndlr) qui permettent vraiment d'approfondir le jeu". A ce propos, elle aime raconter une blague qu’elle sort régulièrement à ses parents : "Si vous voulez une personne malade, ou folle, appelez Abbey, c'est sa spécialité !"

Un pied dans le cinéma européen

Mais bien sûr à son jeune âge, Abbey est ouverte à tous les projets cinématographiques, c’est d’ailleurs dans cette optique qu’elle est venue à la Berlinale "l’esprit ouvert et sans plan préétabli", avec l'assurance d'y rencontrer des "personnes cools et sympas". Pour la jeune Néerlandaise qui cartonne dans son pays, le cinéma européen est forcément la prochaine étape. Et Abbey n’a pas attendu d’être sélectionnée parmi les European Shooting Stars pour s’attaquer aux productions européennes. La jeune actrice a déjà deux coproductions à son actif. En 2012, Abbey a joué dans le film franco-italien "To be king" de Ben Sombogaart qui raconte l'histoire d'un pays imaginaire, prénommé Katoren, où le héros Stach doit accomplir toutes sortes de missions pour prétendre au titre de roi. Dans sa quête  il va pouvoir compter sur l'aide de la jeune journaliste Kim jouée par Abbey.

En 2014, elle enchaîne avec "Nena", coproduction germano-néerlandaise où elle joue aux côtés de Monic Hendrickx, également remarquée par le jury des European shooting stars en 2005. Sur ce tournage, Abbey a senti qu’elle franchissait un cap : "Wahou ! Je n'étais plus dans un petit film local néerlandais, mais dans un film réellement plus important."

Actrice aux multiples talents

Abbey a beau ne pas avoir de plan préétabli pour la Berlinale, elle n’en reste pas moins pragmatique dans ses choix de carrière. Et elle sait qu'il ne s'agit pas de se reposer sur ses lauriers. Abbey continue de suivre des cours aux Pays-Bas, dans une école spécialisée dans la comédie musicale, où elle étudie le chant et la danse en plus du métier d'acteur. Elle se verrait bien jouer dans un musical, même si pour le moment, sa priorité reste son métier d'actrice, son "talent number one". Pour ce faire, Abbey sait qu'elle peut compter sur ses parents, en particulier sur sa mère qui n’a jamais hésité à faire le voyage jusqu'à Amsterdam - à deux heures et demi de route de leur maison - pour conduire sa fille unique à ses premières auditions.

En 2015, on pourra retrouver Abbey sur les écrans dans "Ventoux" de Nicole van Kilsdonk et "Escape" d'Ineke Houtman.

Cafebabel présent sur la 65e édition de la Berlinale

Les films, on adore. Des critiques pointues, des interviews avec les stars de demain et nos impressions au pied du tapis rouge du Palais de la Berlinale. Retrouvez notre rubrique quotidienne directement également sur notre page  Facebook et @CafebabelBerlin.