8 conseils aux hommes féministes et à leurs alliés

Article publié le 28 juillet 2016
Article publié le 28 juillet 2016

Les hommes peuvent-ils être féministes ? Oui, mais à condition de respecter certaines choses.

Le club grandit de plus en plus : les acteurs Daniel Radcliff et Tom Hiddleston en font partie et, s'ils vivaient encore, les économistes John Stuart-Mill et Jeremy Bentham, tout comme les philosophes Denis Diderot et Charles Louis de Montesquieu, en seraient aussi. Tous sont ou étaient des féministes. Ou au moins des sympathisants d'idées féministes. Car la question est là : les hommes peuvent-ils être féministes ? En fin de compte, le féminisme est un mouvement de femmes pour les femmes (et les minorités cibles de discriminations). Les hommes doivent-ils donc s'en mêler ?

Il n'y a pas de pensée unique à ce sujet dans le mouvement féministe. Mais le fait est que les stéréotypes de genre et les attentes par rapport au rôle de chacun selon son sexe concernent également les hommes. Les préoccupations féministes les concernent donc aussi. Et puis, il serait difficile de créer un monde où régnerait l'égalité des sexes si la moitié de l'humanité ne participait pas ou s'activait contre la cause. Beaucoup de féministes préfèrent le terme « ally » (allié) à celui de « féministe ». Mais peu importe la dénomination d'untel ou d'unetelle : quiconque est masculin et souhaite s'engager dans le féminisme devrait respecter quelques petites choses.

1. Check tes privilèges !

Tu es un homme (peut-être même blanc et hétérosexuel) et pour cette seule raison, tu jouis au quotidien de beaucoup d'avantages. Mais personne ne se demandera si tu portes un grand décolleté seulement pour être promu et cherchera encore moins à savoir si tu es en mesure de t'exprimer sur certains sujets. Prends conscience de tes privilèges masculins et remets-les en question !

2. Bats-toi contre le sexisme ordinaire !

Le sexisme signifie discriminer et déprécier quelqu'un en raison de son sexe  - et cela touche principalement les femmes. Sers-toi donc de ton privilège masculin pour donner de la visibilité aux phrases et actes sexistes. Dis à ton collègue ou à ton pote quand tu trouves son discours sexiste et commence par là où tu te trouves : à la fac, au boulot, dans ton cercle d'amis.

3. Mets les stéréotypes et les comportements masculins à l'épreuve !

Il faudrait déjà ne plus traiter un mec de « pédé » parce qu'il aime le film Dirty Dancing. Ou parce qu'il n'est pas sportif. Ou parce qu'il partage le congé parental avec sa copine. Il n'y a pas de « typiquement masculin » ou de « typiquement féminin », tu ne devrais donc pas non plus juger les autres selon certaines caractéristiques liées à un des deux sexes.

4. Écoute et renseigne-toi !

Commence par la fermer ! Dans nos sociétés, les hommes font toujours entendre leur voix, jugée plus importante que celle des femmes. Accepte donc le fait que le féminisme consiste à donner une voix à ceux que l'on n'écoute jamais. Si tu n'es pas sûr de savoir ce qu'il faut faire : renseigne-toi ! Demande aux féministes autour de toi. Elles te demanderont peut-être de défendre une revendication féministe. Elles voudront peut-être aussi que tu te tiennes à l'écart. Accepte ces souhaits.

5. Cultive-toi !

Oui, le féminisme est compliqué et hétérogène. Mais cela ne doit pas t'empêcher de t'intéresser au mouvement, aux concepts et sujets féministes. Tu n'as aucune idée de ce qu'est le « white feminism » ? Ou le cisgenre ? Ou l'intersectionnalité ? Une petite recherche Google pourra t'aider. Penche-toi sur le sujet et fais-toi ta propre opinion. Cherche les liens avec ta propre vie.

6. Sois conscient de discriminations multiples

Les femmes sont discriminées en tant que groupe, tu l'auras compris. Mais ce groupe de femmes est loin d'être homogène : une femme lesbienne subit des discriminations d'un autre ordre qu'une femme hétéro. De nombreuses formes de discrimination peuvent donc se recouper en une seule personne. Pense aux femmes musulmanes qui portent le voile, aux femmes noires ou aux femmes transsexuelles. Toutes ces femmes sont discriminées pas seulement en raison de leur genre, mais aussi selon d'autres facteurs. Prends conscience de ce fait - et pars du principe que toutes les femmes sont concernées de la même façon par la discrimination.

7. N'utilise pas le label féministe comme un insigne honorifique

N'importe qui peut s'accaparer le label féministe. Ça ne coûte rien. Il faudrait pourtant ! Le féminisme, c'est vouloir changer les choses telles qu'elles sont. Tu veux être un féministe ou tout du moins un « ally féministe »? Prouve-le ! Car, peu importe comment tu te fais appeler : c'est la manière dont tu agis qui compte vraiment. Rien que des hommes invités à une discussion sur un podium ? Plains-toi ! Ta collègue aussi qualifiée que toi gagne moins que toi ? Parles-en ! Il y a beaucoup de possibilités d'être actif.

8. Attends-toi à une situation inconfortable !

Être un féministe ou un ally féministe, c'est du boulot : ce n'est pas agréable d'être confronté à ses propres privilèges et manières d'agir. Le féminisme est éprouvant et, une fois que tu te seras investi, tu remarqueras que tu dois changer radicalement certaines choses dans ta vie. Détends-toi, ça fait partie du jeu.

___

cafébabel présente Mind The Gap, le féminisme sans distinction.