27, 1, 1700 mais aussi… Le Sommet européen en chiffres

Article publié le 17 décembre 2010
Article publié le 17 décembre 2010
Par Maude Brulard Le Conseil européen, c’est 27 chefs d’Etats et de gouvernements, 1 président du Conseil, 1700 journalistes mais aussi beaucoup d’autres choses. Petite revue des chiffres autour d’un Conseil européen. D’abord, les journalistes. Un conseil européen, ca attire beaucoup de petit monde médiatique.
Tous médias confondus, entre caméraman, journalistes, agences de presse, télévisions ou radios, ce conseil de décembre a attiré plus de 1700 demandes d’accréditations. La grande salle de presse, composée de 600 places, grouille du bourdonnement de l’activité fébrile –selon les moments- des journalistes présents. Mais d’autres se cachent dans des petites salles adjacentes, de 225 et 200 places.

Le conseil, c’est aussi 1 restaurant, 1 cafétaria, deux bars presse, et des frigos remplis de bouteilles d’eau et de sandwichs dans tous les coins. Il n’en reste d’ailleurs qu’une petite vingtaine, à cette heure-ci, dans le frigo derrière notre table, tellement travailler dur creuse l’estomac.

Niveau sécurité, c’est aussi une autre affaire. La police de Bruxelles ne peut assumer seule la lourde tâche de veiller à la sécurité des grands de ce monde, des sections viennent donc en renfort depuis Charleroi, Anvers et Namur. Une cinquantaine de policiers, en même temps dans la première zone de sécurité, directement autour du Rond-point Schuman. 300 en tout sur les deux jours, en tenant compte des relèves.

Le conseil européen, c’est aussi le bâtiment qui l’abrite et les personnes qui y travaillent : 6 ans de constructions, 215 000 m² , un annuaire de personnel de 1251 pages et depuis 2004, le lieu de tous les conseils européens. C’est à dire 28 conseils, informels et formels, dont 5 sous la présidence d’Herman Van Rompuy depuis l’adoption du traité du Lisbonne et sa nomination à la présidence du Conseil Européen.

Le conseil c’est donc beaucoup de chiffres, de grandes décisions et aussi de longues nuits de travail pour tout le monde.