2007 : odyssée de l'Europe

Article publié le 19 janvier 2007
Article publié le 19 janvier 2007

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Pour accompagner la présidence tournante de l'UE, aux mains de Berlin ces six prochains mois, le Goethe Institut lance un site qui présente des projets d'artistes vidéos.

Ulysse est parti à la conquête du Vieux Continent. Un voyage virtuel pour raconter une Europe à la recherche d'elle-même. Si Homère savait cela ! Il est vrai que son héros de l'Odyssée, vieux de quasi 3000 ans, méritait plus que d'être l'enseigne du resto grec du coin de la rue. Depuis peu, Ulysse rôde donc sur la Toile. Son nom repris pour le site 'www.goethe.de/odysseus' [ndlt : Ulysse se dit 'Odysseus' en allemand], veut symboliser « la quête de soi de l'Europe », selon les initiateurs du projet.

Durant les 6 mois où l'Allemagne sera aux commandes de l'UE, Ulysse voyagera virtuellement à travers les nouveaux et anciens Etats-membres. A chaque escale, un projet artistique, sélectionné et soutenu par le Goethe Institut, sera présenté. Une façon de s'interroger sur l'identité de l'Europe, tout en mettant en valeur la diversité artistique européenne.

Perte d'identité

Deux projets sont aujourd'hui présenté sur le site. Un film d'animation tourné par l'artiste bulgare Krassimir Tersiev montre des beautiful people posant devant des piscines et des immeubles flambants neufs sur fonds d'esquisses multicolores en 3D. L'objectif de Tersiev : montrer la perte d'identité qui découle d'une uniformisation des habitats, qui dicte le même mode de vie, à tous, partout. Le « chez soi » n'est plus identifiable géographiquement mais est identique partout : il se doit d'être luxueux, exclusif et spacieux. Autre court-métrage, l'oeuvre du duo portugais Noëlle Georg et Henrique Neves. Ces artistes ont réalisé un montage en super-8 d'images de fêtes familiales portugaises des années 70 mélangées à des séquences d'interviews d'un voyageur.

Le troisième stop sera l'Allemagne : les deux artistes Florian Thalhofer et Juliane Henrich ont commencé leur travail lors de la dernière Coupe du Monde de football en juin dernier à la recherche des drapeaux utilisés par les supporters. Des témoignages colorés de patriotismes toujours vivaces ?

Dans les semaines à venir, Ulysse va continuer à faire escale dans d'autres pays et présentera d'autres ambitieuses installations vidéos. Ce vaganbondage artistiques et éclectique doit accompagner une présidence allemande agitée, qui ne manquera pas d'être confrontée à des écueils qu'elle ne pourra contourner, au risque de sombrer. Le navire européen devra ainsi manoeuvrer finement entre Charybde et Schyllia, alias respectivement la globalisation et les nationalisme : les sirènes du continent, que ce soit la Pologne, la Hollande ou la France, chantent depuis longtemps déjà leurs vieux refrains patriotiques.

Grâce au site internet conçu de manière créative, les internautes qui s'intéressent à l'Europe et à la vidéo, pourront surfer en deux langues -anglais et allemand-, à la découverte de graphiques ou de films d'animation qui valent le détour. Ulysse à la fin de la traversée, doit retrouver sa patrie Ithaka. Reste à savoir si l'Europe, elle, accomplira son odyssée sans naufrage. Une option incertaine.